Archives pour la catégorie Péninsule du Yucatán 2009

Péninsule du Yucatán: jour 10

Note: Mon amour du voyage ne date pas de la naissance de ce blogue. Avant la création d’Hugo autour du monde, je prenais plaisir à envoyer chaque soir un courriel à mes amis et ma famille lorsque je voyageais pour leur raconter ce que je vivais, ce que je ressentais. Voici donc le récit que j’avais envoyé à mes proches le 18 novembre 2009 alors que j’en étais à mon premier voyage en solo, au Mexique, pour visiter une amie que je n’avais pas vue depuis longtemps.

C’est au bord de la piscine, avec le bruit des vagues et le ciel étoilé, que je vous envoie ce dernier message en provenance du Mexique. La dernière journée n’aura pas été de tout repos, loin de là. Elle a d’ailleurs très mal commencé.

Ce matin, je me suis présenté devant l’hôtel à 7h10, pour le départ de mon excursion à 7h35. Le temps a finalement passé: 7h45, 8h, 8h15… et l’autobus n’est jamais arrivé. Je me suis mis à faire des téléphones pour tenter de comprendre ce qui se passait, pour savoir si on m’avait oublié. La fille, qui n’avait pas trop l’air de comprendre, m’a finalement dit d’oublier ça et de rencontrer le représentant du grossiste en après-midi. J’ai quand même décidé de rester un peu dans le lobby, décontenancé de voir les plans de ma dernière journée bousillés par une compagnie pas fiable. Grande surprise, l’autobus est finalement arrivé à 8h50. J’ai visiblement été mal informé sur l’heure de départ parce que la prise en charge était bel et bien prévue à 8h45.

IMG_3853
Devant la pyramide de Nohoch Mull, à Coba

Cela étant dit, j’ai quand même eu une très belle journée qui s’est amorcée à Coba, une ancienne cité maya située en plein coeur de la jungle. C’est à cet endroit que j’ai fait l’ascension de la pyramide de Nohoch Mull, la plus haute de l’État du Yucatan. Une fois en haut, on a droit à une merveilleuse vue panoramique sur les alentours. La pyramide se monte plutôt bien malgré la chaleur intense et le vent presque inexistant, mais c’est une toute autre histoire quand vient le temps de descendre! La pente est plutôt abrupte et il faut absolument éviter de regarder en bas. Les marches inégales et souvent très usées viennent compliquer l’exercice.

IMG_3854

Mon excursion s’est ensuite transportée à Pacchen, un petit village maya situé au fin fond de nulle part. Au menu, plusieurs activités à sensations fortes: accro-branches, descente en rappel au fond d’une cénote et canot. Comme je vous l’avais déjà mentionné, les cénotes sont des lieux sacrés pour les Mayas. On a donc dû être purifiés par le prêtre du village, lors d’une brève cérémonie, avant d’entreprendre notre descente.

C’est donc sur ces mots que je termine mon voyage. Ce périple m’aura permis de repousser mes limites à plusieurs égards, notamment parce que c’était la première fois que je partais seul à l’aventure. J’en ressors donc grandi.

Péninsule du Yucatán: jour 9

Belle journée de découvertes, aujourd’hui, alors que je partais en excursion organisée à Tulum et à Xel-Ha.

Comme je vous l’expliquais il y a quelques jours, Tulum est une ancienne cité maya en bordure de la mer des Caraïbes. Contrairement aux autres sites, comme Chichen Itza par exemple, les constructions de Tulum n’ont pas été faites avec la même précision. Ici, pas de symétrie, pas de pierre polie, etc. Même si Tulum est arrivée après Chichen Itza, la construction en est beaucoup plus rudimentaire. La position du site est quant à elle stratégique.

IMG_3722
Une partie des ruines de Tulum

Pour illustrer la chose, disons que Tulum est un peu construite comme l’a été  la ville de Québec: une partie est fortifiée avec un mur de pierre, alors que l’autre partie est protégée par une haute falaise donnant sur la mer. C’est d’ailleurs ce qui attire tant les touristes à Tulum: c’est un endroit paradisiaque. La mer est d’un bleu exceptionnel et la plage très belle. Le site est d’une beauté incroyable, mais les ruines ne sont pas aussi intéressantes que les autres que j’ai eu la chance de visiter.

Ensuite, je suis allé passer cinq heures à Xel-Ha, un gigantesque aquarium naturel à quelques kilomètres de mon hôtel. À cet endroit, se rencontrent l’eau bleue et chaude l’océan et l’eau verte et fraîche d’une rivière souterraine.

IMG_3790
L’aquarium naturel de Xel-Ha

C’est donc un endroit de prédilection pour admirer des milliers de poissons de couleurs et de tailles différentes. On peut y faire de la plongée en apnée, de la descente en tube sur une rivière tranquille, il y a une place pour sauter dans l’eau à partir d’une falaise, on peut nager avec les dauphins, visiter les sentiers pédestres… Pour ma part, je me suis contenté de la plongée en apnée, de la descente en tube et des sentiers. À d’autres, le saut de la falaise! Bref, il y a vraiment de tout pour tout le monde. Je ne suis pas le plus grand fan des activités aquatiques, mais j’ai adoré l’expérience.

Anecdote du jour: Aujourd’hui, on m’a appelé «señor Bourgoni» au micro dans l’autobus. Je me suis dit que je devrais peut-être garder ça comme nom de famille, il me semble que ça sonne bien!

Péninsule du Yucatán: jour 8

Comme prévu, j’ai quitté Mérida ce matin et ça n’a pas été facile de partir après une semaine. J’ai découvert qu’on peut s’attacher rapidement à certains endroits. Me voici donc maintenant à Akumal, à une trentaine de kilomètres à l’est de Tulum, sur la Riviera Maya. Côté contrastant, je termine mon séjour dans un complexe tout compris pour mes quatre derniers jours en sol mexicain. Plus pour le côté pratique qu’autre chose. Il y a plusieurs attraits que je voulais voir dans cette région, alors les déplacements seront plus faciles en tour organisé et je n’aurai pas à me casser la tête avec les repas et tout le reste.

La dernière inquiétude logistique du voyage est maintenant chose du passée: je ne savais pas trop comment j’allais faire le trajet entre Tulum et Akumal, mais il y avait un autocar  entre les deux. Heureusement que j’étais alerte et que je surveillais les panneaux d’indication parce que le chauffeur n’a pas arrêté devant mon hôtel. Je me suis donc rué vers le devant de l’autocar et il m’a finalement laissé en bordure de l’autoroute où j’ai tenté de lui faire comprendre de me laisser prendre ma valise dans la soute avant de repartir (je me serais mal vu arriver à pied ET sans valise à l’hôtel). Je n’ai pas eu à marcher beaucoup. Le gardien à l’entrée avait quand même l’air surpris de voir débarquer un touriste à pied.

IMG_3672

J’ai profité du reste de la journée à la plage, parce que c’était pas mal le seul moment où je pouvais le faire. L’hôtel est superbe, le hall est complètement vitré côté plage et il y a une belle piscine à débordement, mais la plage n’est pas super. On peut difficilement se baigner sans souliers d’eau parce qu’il y a de la roche partout. Une chance que je ne passe pas une semaine complète ici; j’aurais sans doute été déçu.

En passant, on a évité le pire à l’hôtel, ce soir. J’assistais à un spectacle de tambours et de feu lorsqu’une longue baguette en flammes a atterri dans la foule, à environ deux mètres de moi. Finalement, pas de blessé.

Péninsule du Yucatán: jour 7

Ça y est, mon séjour à Mérida est officiellement terminé. Demain matin, à la première heure, je prendrai la route de Tulum, complètement au sud de la péninsule. J’ai bien hâte de voir, semble-t-il que c’est un endroit paradisiaque. Ici, tout le monde a des yeux d’admiration quand on parle de cet ancien port de mer maya. En fait, il s’agit de la seule cité maya qui ait existé en bordure de l’eau. J’aurai la chance de vous en reparler.Ma journée a commencé avec une promenade en ville et quelle surprise: le dimanche, plusieurs rues du centre-ville sont fermées à la circulation automobile. Il y a deux brigadiers par intersection et la place centrale se transforme en marché public où on retrouve plusieurs kiosques de nourriture, artisanat, etc. Il y a beaucoup de monde parce que la majorité des commerces sont fermés le dimanche.

IMG_3571
La pyramide principale de Chichén Itzá

Ensuite, on peut parler du point culminant de mon voyage jusqu’à maintenant: pour la première fois de ma vie, j’ai vu une des merveilles du monde et je comprends désormais pourquoi on appelle ça une merveille. Chichén Itzá, une ancienne cité maya, est tout simplement superbe, immense, surréaliste… Nous avons passé près de quatre heures à visiter le site sur lequel on retrouve notamment la pyramide principale (au pied de laquelle des milliers de gens se rassemblent lors de l’équinoxe de printemps), une église, un observatoire d’astronomie, deux cénotes et un gigantesque jeu de pelote; jeu qui s’est pratiqué pendant des siècles où deux équipes devaient se renvoyer une balle pesant jusqu’à 3 kilos avec les hanches, les coudes, les fesses ou les genoux… sans qu’elle touche par terre.

IMG_3650
Au coeur de l’arène de l’impressionnant jeu de pelote de Chichén Itzá

J’ai encore, ce soir, de la difficulté à croire que des monuments comme ceux-là ont pu être construits avec une si grande ingéniosité, tout en résistant si bien au passage du temps. Le passionné d’histoire que je suis en a eu pour son argent. Seul point négatif: le site est tellement touristique qu’il est complètement envahi par les vendeurs ambulants qui, en fin de compte, vendent tous la même chose.

Péninsule du Yucatán: jour 6

La tristesse commence à me gagner alors qu’il ne me reste qu’une seule journée à passer à Mérida, cette merveilleuse ville que j’apprends à aimer encore plus jour après jour. La moitié de mon voyage est donc derrière moi, il me reste encore cinq jours avant de rentrer à Montréal.

Ce matin, je suis allé visiter le zoo de la ville avec Mélanie et son garçon. Ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans un parc zoologique, je ne me souviens même pas quand était la dernière fois. Je devais avoir l’air d’un enfant! Girafes, perroquets, coatis, rhinocéros, singes… On en a eu pour note argent, comme on dit!

IMG_3542

En après-midi, un tout autre plan. Nous sommes allés magasiner parce que, croyez-le ou non, nous avons été invités à un party de mariage, ce soir (visiblement, les invitations sont faites à la dernière minute!). J’ai donc aidé Mélanie à se trouver une robe et des souliers pour l’occasion. Quant à moi, je me suis contenté de ce que j’avais dans ma valise, même si c’était loin d’être assez chic.

J’ai donc eu droit à une soirée de mariage typique. C’est drôle parce qu’ici, les mariages ont lieu plutôt tard en soirée, vers 19h, ce qui fait que le party était à 22h et le souper a été servi à… 0h15! En tout cas, je peux vous dire que ça bouge avec la musique, les costumes et tout le reste. Vraiment impressionnant et je me considère chanceux d’avoir pu vivre ça.

Découverte du jour: les vendeurs ambulants, qui vendent de la nourriture par exemple, délaissent souvent leur kiosque pendant de longues minutes sans surveillance. Se forme alors une file de clients qui attendent son retour.

Péninsule du Yucatán: jour 5

Mon séjour à Mérida tire déjà à sa fin: plus que deux jours à faire ici avant de plier bagage pour me rendre plus au sud.

En ce vendredi 13, aucun malheur. Ce matin, nous sommes allés visiter l’estuaire de Célestin, à environ une heure d’ici. C’est un merveilleux endroit à voir pour les gens qui aiment découvrir la nature. En plein hiver, on peut y voir des centaines de flamands roses qui migrent ici pour fuir le froid. Par contre, comme ça ne fait que commencer, j’ai seulement pu en voir quelques dizaines. Il s’agit en fait de la seule colonie de flamands roses connue en Amérique du Nord. On y trouve aussi des pélicans du Canada et des oies blanches.

IMG_3466

Fait plutôt particulier, à cet endroit, le mélange d’eau douce et d’eau salée en provenance du golfe du Mexique est rouge en raison des pigments qui s’y trouvent. On a donc fait un tour de bateau parmi les oiseaux et les mangroves. Ma visite m’a d’ailleurs permis d’apprendre que les flamands roses, lorsqu’ils naissent, ont plutôt un plumage blanc et gris. C’est leur alimentation qui les fait changer de couleur au fil du temps. En se nourrissant de petites crevettes roses, les flamands absorbent la pigmentation.

IMG_3471

Nous sommes ensuite allés manger dans un petit restaurant du village dont la terrasse est sur la plage, en bord de mer. De toute beauté! Nous avons même pris le temps de faire une petite marche sur la plage et sur le quai avant de reprendre la route. C’était vraiment paisible comme endroit: bruit des vagues, presque personne, chaud soleil… Ne manquait qu’un hamac et j’aurais pu passer des heures à faire la sieste.

Au fait, parlant de nourriture… Je vous avais déjà dit que Gabriel, le mari de Mélanie, me fait connaître tout ce qui est typique d’ici. Et bien hier soir, il m’a fait goûter un sandwich avec du coeur, du foie, de la cervelle et d’autres parties du porc. C’est seulement en prenant la dernière bouchée qu’ils m’ont dit ce que je venais de manger, mais c’était très bon!

En revenant ici cet après-midi, je suis allé faire un petit tour guidé de la ville qui était fort intéressant. Les résidants de la ville ne sont en général pas très fortunés. La grande majorité des maisons sont modestes. On voit que certaines personnes tentent de profiter de la manne touristique en vendant un peu de tout, partout. Malgré la pauvreté, c’est une ville assez sécuritaire et tranquille, contrairement à plusieurs autres endroits au Mexique. Côté architectural, la ville est magnifique.

Les décorations de Noël ont commencé à faire leur apparition, ici, et ça me fait tout drôle de voir ça. C’est très joli!

Péninsule du Yucatán: jour 4

Décidément, les jours se suivent et se ressemblent: une autre journée chargée se termine, cette fois sous le thème de l’histoire.

J’ai visité cet avant-midi mon premier site maya, Dzibilchaltún. Situé à environ 45 minutes de Mérida, c’est à cet endroit qu’on retrouve entre autres le Temple des sept poupées, en l’honneur, vous l’aurez deviné, de sept minuscules poupées retrouvées lors des fouilles archéologiques sur le site.

IMG_3378
Au fond, le Temple des sept poupées de Dzibilchaltún

On y trouve aussi les vestiges d’une vieille église espagnole du 16e siècle, une ancienne maison maya, une belle cénote (non pas dans une grotte, mais à ciel ouvert) et… des maringouins de compétition! C’est incroyable, je n’ai jamais vu des maringouins comme ça! On se suivait à la file indienne pour «taper» les moustiques dans le dos de la personne devant. C’est digne de mention! Sinon, le site est de toute beauté et mérite le détour.

IMG_3393
Cénote de Dzibilchaltún

En après-midi, je suis allé visiter, seul cette fois, le musée d’anthropologie du Yucatán. La visite m’a permis d’en apprendre plus sur les Mayas avant de visiter d’autres sites de leur civilisation (selon mes plans, je devrais en visiter trois autres d’ici la fin de mon voyage).

J’ai entre autres appris qu’à la base, les Mayas faisaient partie d’une civilisation pacifique, mais qu’avec le temps ils ont commencé à faire la guerre dans le but de faire des prisonniers qui allaient ensuite servir de sacrifices pour les dieux (!!!). Inutile de dire que je suis heureux qu’on n’en soit plus là, parce que j’imagine que j’aurais pu faire une excellente offrande.

Soirée plutôt tranquille à l’hôtel; c’est une très grosse journée qui m’attend demain.

«Fun fact» du jour:

  • Coca-Cola doit certainement faire des affaires d’or, ici! Leurs produits sont non seulement partout, mais c’est particulièrement difficile de trouver du jus au restaurant lors du déjeuner alors que la plupart des gens boivent du Coke ou du Fanta.

Péninsule du Yucatán: jour 3

C’est fou comme le temps passe vite ici. Même si c’est mon premier voyage seul, je n’ai pas vraiment le temps de m’ennuyer.

Alors, on peut dire que ma journée a commencé plutôt brusquement avec ma première peur mexicaine. À 6h40 ce matin, un cinglé est venu cogner (dans le sens de tenter de défoncer) dans la porte de ma chambre d’hôtel pendant 3-4 minutes qui m’ont semblé être une éternité. Comme mon lit est vraiment tout près de la porte, j’ai fait tout un saut et j’avais peur que la chaînette ne tienne pas le coup. Ne me demandez pas ce qu’il voulait, je n’ai ni ouvert ni répondu à travers la porte. Assis dans mon lit, je tenais en main le cellulaire que mon amie Mélanie m’a prêté pour mon séjour, mais je réalise avec le recul que ça ne m’aurait pas été d’une très grande aide. Comme je n’ai pas réagi, le gars a fini par abandonner.

À 9h, Mélanie et Gabriel sont venus me chercher pour une visite exceptionnelle: la baignade dans des cénotes, ces fameuses grottes souterraines remplies d’eau douce d’un bleu incroyable comme une piscine. Elles sont généralement assez profondes. À l’époque, les Mayas croyaient que ces trous permettaient de communiquer avec les dieux, donc des offrandes y étaient déposées.

Dès le début de la planification de mon voyage, j’avais dit à Mélanie que je tenais absolument à visiter un tel endroit alors qu’il y en a des centaines dans la péninsule du Yucatán. On a donc pris la route de Cuzama où se trouve un site avec trois cénotes. Depuis l’entrée du site, on monte dans une petite calèche tirée par un cheval et qui roule ensuite sur un rail. C’est particulier parce que lorsqu’on rencontre une autre calèche, l’une des deux doit être sortie de son rail pour laisser l’autre passer.

IMG_3286
Calèche aux cénotes de Cuzama

J’ai ensuite pu me baigner dans les trois cénotes et je peux vous confirmer que c’est un endroit complètement surréaliste. J’ai encore de la difficulté à y croire. Il m’a toutefois fallu un peu plus de motivation pour entrer dans la dernière parce que l’entrée est vraiment petite et qu’il faut ensuite descendre une échelle de bois pour accéder au fond de la grotte.

IMG_3317
Baignade dans une cénote

De retour à Mérida, je suis retourné faire un tour en ville sur la Plaza Grande où je me suis installé sur une petite terrasse pour boire ma première Corona non importée à vie. On dirait qu’elle est toujours meilleure dans ce temps-là!

En soirée, nous sommes allés à la Féria de Xmatkuil, une ville un peu au sud de Mérida. C’est une grande fête annuelle qui dure un peu moins d’un mois… mais c’est tellement immense! Il y a des manèges, des kiosques d’artisanat, des jeux et on peut y acheter à peu près n’importe quoi: bicyclettes, voitures, meubles, vêtements, etc. J’ai même été surpris de voir une guerre de… boules de neige et je peux vous dire que les enfants, équipés de casques et de lunettes de protection, s’en donnaient à coeur joie! J’en ai profité pour faire quelques manèges avec Mélanie.

Découverte du jour: les routes sont bizarrement faites. Il y a des «dos d’âne» partout. Tantôt, il y en avait une douzaine dans une sortie d’autoroute.

Mauvaise nouvelle du jour: si ça continue comme ça, la compagnie aérienne va assurément me facturer une surcharge de carburant tellement je vais avoir engraissé. Gabriel me fait goûter à tout ce qui est typique du Yucatán. Mélanie me dit qu’ici, quand tu engraisses, c’est signe qu’on prend bien soin de toi. Ça veut tout dire!

Péninsule du Yucatán: jour 2

Mon périple en sol mexicain s’est poursuivi, aujourd’hui, avec ma première vraie journée presque totalement en solo. Je me suis donc retrouvé seul avec moi-même et mon espagnol pas du tout fonctionnel. Pas évident de se faire comprendre, ne serait-ce que pour demander des bouteilles d’eau au dépanneur du coin, mais on fini par y arriver. Les gens sont sympathiques et compréhensifs, donc ça me facilite la tâche.

Comme ma semaine ici s’annonce fort chargée, j’ai profité de ma journée pour déambuler dans les rues de Mérida pour visiter le centre de la ville, les parcs et pour prendre quelques photos avec mon appareil que je soupçonne d’être en fin de vie (il donne une espèce de teinte rosée aux photos). Espérons seulement qu’il tiendra le coup jusqu’à la fin du voyage.

IMG_3245
L’un des superbes immeubles sur Paseo de Montejo

J’adore l’architecture de la ville, particulièrement sur Paseo de Montejo, une des principales artères du centre-ville où on trouve plusieurs immeubles historiques qui ressemblent parfois à des résidences de luxe. Je me suis aussi attardé de longues minutes devant le superbe Moumento a la Patria (Monument à la patrie), qui occupe tout le centre du carrefour giratoire sur Paseo de Montejo à la hauteur de Calle 27A.

IMG_3439
L’une des faces du Monumento a la Patria, sur Paseo de Montejo

Parmi mes arrêts, j’ai aussi adoré flâner sur la Plaza Grande, la grande place centrale, où trône un grand drapeau mexicain devant le Palais du Gouverneur. On y trouve plusieurs bancs de parc et l’endroit est animé avec les gens qui s’y rassemblent. Dans les rues aux alentours, j’ai croisé une dame qui vendait des fruits préarrangés dans des sacs (on en trouve un peu partout ici) et je n’ai pas pu m’empêcher de la photographier parce que je trouvais qu’elle ferait un superbe portrait.

IMG_3237

En soirée, j’ai retrouvé Mélanie et sa famille qui m’ont amené visiter le Parc des Amériques qui, comme son nom l’indique, est dédié aux pays qui forment l’Amérique. Le parc occupe un quadrilatère complet au centre de Mérida et on y retrouve des jardins ainsi qu’une colonne qui représente chacun des pays. C’est un endroit calme et agréable.

Péninsule du Yucatán: jour 1

Après avoir passé bien près de ne pas partir, je suis (enfin!) bel et bien arrivé à destination. Encore ce matin, je ne savais toujours pas si j’y arriverais. L’ouragan Ida, qui a balayé la péninsule du Yucatán hier, a bien failli bousiller mes plans. Mon amie Mélanie, qui m’attendait ici, m’avait d’ailleurs conseillé d’annuler, mais j’étais décidé à partir coûte que coûte (l’insouciance du débutant). Je ne vous cacherai pas que la journée a été extrêmement longue, mais tout s’est très bien passé, malgré le stress de partir seul.

J’ai eu un peu peur, ce matin, puisque mon avion a décollé avec 30 minutes de retard de Montréal, alors que je n’avais que 45 minutes pour changer d’avion au New Jersey, mais je suis finalement arrivé à temps pour mon transfert. Le deuxième vol a été pas mal plus agité que le premier, notamment lorsque nous avons survolé l’ouragan Ida et ses «restes»: les turbulences étaient nombreuses et violentes.

IMG_3150
Survol de l’ouragan Ida

J’ai été pas mal impressionné lors de mon arrivée à Cancún: comme il y avait des averses dispersées sous l’avion, il y avait plein d’arcs-en-ciel en même temps. Et la vue à l’arrivée: du vert à perte de vue! Une route ici et là, sans plus. À première vue, il n’y a aucun dommage de l’ouragan, mis à part les accumulations d’eau en quelques endroits.

C’est donc sous le soleil et les nuages que j’ai fait mon arrivée en sol mexicain et je peux vous dire que c’est extrêmement humide. À partir de Cancún, j’ai fait quatre heures d’autocar pour me rendre à Mérida, où m’attendait mon amie Mélanie avec son mari et son garçon. Nous avons fait un tour rapide de la ville et nous sommes allés passer la soirée à Progreso, au bord de l’océan, complètement au nord de la péninsule du Yucatán. C’est d’ailleurs là que j’ai mangé mon premier copieux plat mexicain et où j’ai voulu faire mon fin finaud avec les piments forts. On apprend!

La soirée s’est terminée chez la soeur de Gabriel, le mari de Mélanie. Ça m’a donc donné un aperçu de la famille mexicaine.

Me voilà donc installé dans mon modeste petit hôtel pour la prochaine semaine.

Découvertes du jour:

  • ici, les bonbons ne goûtent pas sucré, ils sont piquants;
  • la marquesita, une espèce de crêpe extrêmement mince qui goûte le cône de crème glacée et sur laquelle on étend du fromage avant de la rouler.

Mauvaise nouvelle du jour: ce n’est pas ici que je vais maigrir.