Archives pour la catégorie Péninsule du Yucatán 2009

Péninsule du Yucatán: jour 3

C’est fou comme le temps passe vite ici. Même si c’est mon premier voyage seul, je n’ai pas vraiment le temps de m’ennuyer.

Alors, on peut dire que ma journée a commencé plutôt brusquement avec ma première peur mexicaine. À 6h40 ce matin, un cinglé est venu cogner (dans le sens de tenter de défoncer) dans la porte de ma chambre d’hôtel pendant 3-4 minutes qui m’ont semblé être une éternité. Comme mon lit est vraiment tout près de la porte, j’ai fait tout un saut et j’avais peur que la chaînette ne tienne pas le coup. Ne me demandez pas ce qu’il voulait, je n’ai ni ouvert ni répondu à travers la porte. Assis dans mon lit, je tenais en main le cellulaire que mon amie Mélanie m’a prêté pour mon séjour, mais je réalise avec le recul que ça ne m’aurait pas été d’une très grande aide. Comme je n’ai pas réagi, le gars a fini par abandonner.

À 9h, Mélanie et Gabriel sont venus me chercher pour une visite exceptionnelle: la baignade dans des cénotes, ces fameuses grottes souterraines remplies d’eau douce d’un bleu incroyable comme une piscine. Elles sont généralement assez profondes. À l’époque, les Mayas croyaient que ces trous permettaient de communiquer avec les dieux, donc des offrandes y étaient déposées.

Dès le début de la planification de mon voyage, j’avais dit à Mélanie que je tenais absolument à visiter un tel endroit alors qu’il y en a des centaines dans la péninsule du Yucatán. On a donc pris la route de Cuzama où se trouve un site avec trois cénotes. Depuis l’entrée du site, on monte dans une petite calèche tirée par un cheval et qui roule ensuite sur un rail. C’est particulier parce que lorsqu’on rencontre une autre calèche, l’une des deux doit être sortie de son rail pour laisser l’autre passer.

IMG_3286
Calèche aux cénotes de Cuzama

J’ai ensuite pu me baigner dans les trois cénotes et je peux vous confirmer que c’est un endroit complètement surréaliste. J’ai encore de la difficulté à y croire. Il m’a toutefois fallu un peu plus de motivation pour entrer dans la dernière parce que l’entrée est vraiment petite et qu’il faut ensuite descendre une échelle de bois pour accéder au fond de la grotte.

IMG_3317
Baignade dans une cénote

De retour à Mérida, je suis retourné faire un tour en ville sur la Plaza Grande où je me suis installé sur une petite terrasse pour boire ma première Corona non importée à vie. On dirait qu’elle est toujours meilleure dans ce temps-là!

En soirée, nous sommes allés à la Féria de Xmatkuil, une ville un peu au sud de Mérida. C’est une grande fête annuelle qui dure un peu moins d’un mois… mais c’est tellement immense! Il y a des manèges, des kiosques d’artisanat, des jeux et on peut y acheter à peu près n’importe quoi: bicyclettes, voitures, meubles, vêtements, etc. J’ai même été surpris de voir une guerre de… boules de neige et je peux vous dire que les enfants, équipés de casques et de lunettes de protection, s’en donnaient à coeur joie! J’en ai profité pour faire quelques manèges avec Mélanie.

Découverte du jour: les routes sont bizarrement faites. Il y a des «dos d’âne» partout. Tantôt, il y en avait une douzaine dans une sortie d’autoroute.

Mauvaise nouvelle du jour: si ça continue comme ça, la compagnie aérienne va assurément me facturer une surcharge de carburant tellement je vais avoir engraissé. Gabriel me fait goûter à tout ce qui est typique du Yucatán. Mélanie me dit qu’ici, quand tu engraisses, c’est signe qu’on prend bien soin de toi. Ça veut tout dire!

Péninsule du Yucatán: jour 2

Mon périple en sol mexicain s’est poursuivi, aujourd’hui, avec ma première vraie journée presque totalement en solo. Je me suis donc retrouvé seul avec moi-même et mon espagnol pas du tout fonctionnel. Pas évident de se faire comprendre, ne serait-ce que pour demander des bouteilles d’eau au dépanneur du coin, mais on fini par y arriver. Les gens sont sympathiques et compréhensifs, donc ça me facilite la tâche.

Comme ma semaine ici s’annonce fort chargée, j’ai profité de ma journée pour déambuler dans les rues de Mérida pour visiter le centre de la ville, les parcs et pour prendre quelques photos avec mon appareil que je soupçonne d’être en fin de vie (il donne une espèce de teinte rosée aux photos). Espérons seulement qu’il tiendra le coup jusqu’à la fin du voyage.

IMG_3245
L’un des superbes immeubles sur Paseo de Montejo

J’adore l’architecture de la ville, particulièrement sur Paseo de Montejo, une des principales artères du centre-ville où on trouve plusieurs immeubles historiques qui ressemblent parfois à des résidences de luxe. Je me suis aussi attardé de longues minutes devant le superbe Moumento a la Patria (Monument à la patrie), qui occupe tout le centre du carrefour giratoire sur Paseo de Montejo à la hauteur de Calle 27A.

IMG_3439
L’une des faces du Monumento a la Patria, sur Paseo de Montejo

Parmi mes arrêts, j’ai aussi adoré flâner sur la Plaza Grande, la grande place centrale, où trône un grand drapeau mexicain devant le Palais du Gouverneur. On y trouve plusieurs bancs de parc et l’endroit est animé avec les gens qui s’y rassemblent. Dans les rues aux alentours, j’ai croisé une dame qui vendait des fruits préarrangés dans des sacs (on en trouve un peu partout ici) et je n’ai pas pu m’empêcher de la photographier parce que je trouvais qu’elle ferait un superbe portrait.

IMG_3237

En soirée, j’ai retrouvé Mélanie et sa famille qui m’ont amené visiter le Parc des Amériques qui, comme son nom l’indique, est dédié aux pays qui forment l’Amérique. Le parc occupe un quadrilatère complet au centre de Mérida et on y retrouve des jardins ainsi qu’une colonne qui représente chacun des pays. C’est un endroit calme et agréable.

Péninsule du Yucatán: jour 1

Après avoir passé bien près de ne pas partir, je suis (enfin!) bel et bien arrivé à destination. Encore ce matin, je ne savais toujours pas si j’y arriverais. L’ouragan Ida, qui a balayé la péninsule du Yucatán hier, a bien failli bousiller mes plans. Mon amie Mélanie, qui m’attendait ici, m’avait d’ailleurs conseillé d’annuler, mais j’étais décidé à partir coûte que coûte (l’insouciance du débutant). Je ne vous cacherai pas que la journée a été extrêmement longue, mais tout s’est très bien passé, malgré le stress de partir seul.

J’ai eu un peu peur, ce matin, puisque mon avion a décollé avec 30 minutes de retard de Montréal, alors que je n’avais que 45 minutes pour changer d’avion au New Jersey, mais je suis finalement arrivé à temps pour mon transfert. Le deuxième vol a été pas mal plus agité que le premier, notamment lorsque nous avons survolé l’ouragan Ida et ses «restes»: les turbulences étaient nombreuses et violentes.

IMG_3150
Survol de l’ouragan Ida

J’ai été pas mal impressionné lors de mon arrivée à Cancún: comme il y avait des averses dispersées sous l’avion, il y avait plein d’arcs-en-ciel en même temps. Et la vue à l’arrivée: du vert à perte de vue! Une route ici et là, sans plus. À première vue, il n’y a aucun dommage de l’ouragan, mis à part les accumulations d’eau en quelques endroits.

C’est donc sous le soleil et les nuages que j’ai fait mon arrivée en sol mexicain et je peux vous dire que c’est extrêmement humide. À partir de Cancún, j’ai fait quatre heures d’autocar pour me rendre à Mérida, où m’attendait mon amie Mélanie avec son mari et son garçon. Nous avons fait un tour rapide de la ville et nous sommes allés passer la soirée à Progreso, au bord de l’océan, complètement au nord de la péninsule du Yucatán. C’est d’ailleurs là que j’ai mangé mon premier copieux plat mexicain et où j’ai voulu faire mon fin finaud avec les piments forts. On apprend!

La soirée s’est terminée chez la soeur de Gabriel, le mari de Mélanie. Ça m’a donc donné un aperçu de la famille mexicaine.

Me voilà donc installé dans mon modeste petit hôtel pour la prochaine semaine.

Découvertes du jour:

  • ici, les bonbons ne goûtent pas sucré, ils sont piquants;
  • la marquesita, une espèce de crêpe extrêmement mince qui goûte le cône de crème glacée et sur laquelle on étend du fromage avant de la rouler.

Mauvaise nouvelle du jour: ce n’est pas ici que je vais maigrir.