Randonnée dans les levadas

Changement de plan, aujourd’hui. On devait à l’origine visiter l’extrême est de Madère, Ponta São Lourenço, lors d’une excursion d’une demie-journée, mais les choses ont pris une autre tournure. Ce n’est qu’une fois en chemin, dans la fourgonnette nous transportant avec une douzaine d’autres touristes, que nous nous sommes aperçus qu’il y avait eu une erreur… Nous avions été jumelés à une excursion d’une journée complète: 3h30 de marche, 9 km. Comme nous n’étions pas équipés pour un tel plan (nous n’avions pas de lunch, pas d’eau en quantité suffisante, entre autres), nous avons décidé de rentrer à Funchal. Après avoir déposé le groupe, le chauffeur nous a ramenés en ville.

Nous nous sommes donc tournés vers une autre excursion en après-midi: une randonnée dans les levadas. Les levadas sont des canaux (ou en béton ou creusés à la main à même le sol) qui servent à transporter l’eau du nord de Madère, où il pleut plus, vers le sud, qui est plus propice à l’agriculture. Le système existe depuis des centaines d’années ici et il compte à ce jour plus de 2000 kilomètres de conduits.

Comme les levadas doivent être entretenues et que, par conséquent, elles sont toutes bordées par un sentier, Madère a décidé d’y ajouter un enjeu touristique en y organisant des randonnées. Nous avons donc parcouru, cet après-midi, quelques kilomètres longeant la Levada da Serra do Faial, qui en fait une soixantaine au total. À ce temps-ci de l’année, la levada était cependant plutôt asséchée, considérant que le sud de Madère n’a pas encore besoin d’eau avec la pluie qui est tombée récemment.

Or, certaines levadas servent aussi à la production d’électricité alors qu’en poursuivant son chemin dans les canaux, l’eau fait tourner des turbines. « L’eau, c’est important chez nous », nous a dit le guide.

La randonnée que nous avons faite, avec une douzaine de touristes français, était plutôt facile alors que le relief était plat, mais ce n’est pas le cas de toutes les levadas.

D’ailleurs, les Français sont très, très nombreux, ici, si bien que plusieurs restaurants affichent leur menu en français et qu’il n’est pas rare d’entendre des locaux pousser quelques mots dans la langue de Molière. Les Européens, en général, sont au rendez-vous. On n’a croisé que deux couples de Québécois à Madère.

Il faut dire que ce n’est pas simple de venir ici à partir de Montréal. Il n’y a aucun vol direct et, dans la quasi totalité des cas, vous devez faire un trajet plus long pour revenir sur vos pas (dans notre cas, aller à Bruxelles avant de revenir vers Madère et, au retour, aller jusqu’à Munich avant de repartir vers Montréal). Concrètement, ça veut dire que notre retour prendra environ 20 heures, incluant les transits. Ça veut aussi dire que, généralement, les billets d’avion depuis Montréal vers Madère ne sont pas très abordables.

Une réflexion au sujet de « Randonnée dans les levadas »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s