Archives pour la catégorie États-Unis

Ausable Chasm: visite du canyon à 2 heures de Montréal

On pourrait presque parler d’Ausable Chasm comme d’un secret bien gardé. Même si les Québécois sont très nombreux à aller visiter ce canyon à peine à deux heures de route de Montréal (ça se voit au premier coup d’oeil en observant les plaques d’immatriculation dans le stationnement), plusieurs personnes de mon entourage ne connaissent pas ce petit bijou de la nature.

Pour ma part, mes parents m’y avaient amené lorsque j’étais jeune et je n’y étais jamais retourné avant la fin de semaine dernière. On parle donc d’environ 22 ans. Inutile de dire que mes souvenirs étaient lointains; j’ai donc pris plaisir à redécouvrir l’endroit en compagnie de l’Amoureuse.

IMG_4848
Devant les Rainbow Falls

Il existe plusieurs activités à faire sur place, mais nous avons opté pour les sentiers de randonnée seulement. Nous avons d’abord fait le circuit jaune, «Inner Sanctum Trail», qui permet de prendre connaissance de toute l’ampleur de l’endroit. Qualifié de niveau intermédiaire en raison de plusieurs séries de marches à monter et à descendre, ce sentier mène les visiteurs vers certains belvédères ou points d’observation (dont une superbe vue sur les Rainbow Falls) avant de les transporter jusqu’à l’intérieur du canyon pour en apprécier la beauté. C’est impressionnant de voir les différentes couches de roche et les résultats de la puissance de la nature.

IMG_4864
Parfaite illustration des différentes couches de roche

Nous avons ensuite fait le circuit vert, «Rim Walk Trail», qui est le plus facile. Ce sentier permet de prolonger la visite un peu plus loin dans le canyon avant de nous ramener au centre des visiteurs. Il est toutefois beaucoup moins spectaculaire que le jaune alors que la marche se fait majoritairement dans la forêt entourant le canyon.

Trois autres sentiers sont aussi disponibles (un autre intermédiaire et deux plus difficiles). Ceux que nous avons faits étaient très bien balisés et il était facile de s’y retrouver. Par ailleurs, même s’il y avait plusieurs dizaines de véhicules dans le stationnement, nous n’avons pas ressenti un grand achalandage une fois dans les sentiers.

IMG_4868
La descente sur tube au fond du canyon

Parmi les autres activités, Ausable Chasm propose aux visiteurs la descente d’une partie du canyon en tube ou en radeau de plusieurs passagers dirigé par un guide. On tentera sans doute l’expérience la prochaine fois. Pour les amateurs de sensation forte, il y a la «Adventure Trail» où vous devez entre autres escalader un filet, traverser le canyon sur un fil de fer ou encore sur un pont de corde. Personnellement, je passe mon tour!

Même si l’aller-retour se fait parfaitement en une journée depuis Montréal, vous pouvez dormir au camping sur place.

Ausable Chasm est assurément une belle sortie pas trop dispendieuse à faire en couple, en famille ou entre amis.

Visite d’Ausable Chasm:

  • Il existe de nombreux forfaits, mais le laissez-passer de base qui donne seulement accès aux sentiers est vendu 17,95$ US pour les adultes (13 ans et +) et 9,95$ US pour les enfants de 5 à 12 ans. Pour toutes les options, c’est par ici.
  • Environ à deux heures de Montréal, tout dépendant du temps d’attente à la frontière.
  • Considérant qu’ils vendent une bouteille d’eau 3$ US et que nous n’avons pas vu de fontaine, prévoyez de l’eau et, si vous le souhaitez, des collations pour les fringales de randonneur. Il y a plusieurs endroits dans les sentiers pour vous reposer.

Randonnée de «railbiking» dans les Adirondacks

Un chemin de fer au beau milieu des Adirondacks et un hybride entre un vélo et un pédalo. C’est ça, le «railbiking»!

La fin de semaine dernière, l’Amoureuse et moi avons pris le chemin de l’État de New York en direction de North Creek, à environ trois heures de Montréal, pour prendre part à cette activité pour le moins originale.

Une fois sur place, on nous accueille, puis on nous invite à monter à bord d’un autobus qui nous mène ensuite au lieu de départ, quelques kilomètres plus loin. C’est à cet endroit qu’on découvre notre «vélo»: deux sièges côte à côte dont le dossier est légèrement incliné vers l’arrière, un frein à main et, plus loin devant, le pédalier.

FullSizeRender

Le groupe se met ensuite en branle, un vélo après l’autre, en laissant une certaine distance entre chacun. Étonnamment, l’activité n’est pas très difficile physiquement, le vélo roule très bien sur les rails et l’inclinaison du terrain est très faible; à peine 1% nous a-t-on dit. On profite du paysage alors qu’on traverse une forêt et la pluie se met de la partie. Quelques gouttes, d’abord, puis toute une averse ensuite!

IMG_4842

Après une quarantaine de minutes, nous traversons un long pont au-dessus d’une rivière qui offre une superbe vue sur les environs alors que la pluie s’abat toujours sur nous. Le groupe s’arrête ensuite une quinzaine de minutes, le temps de permettre au personnel d’inverser le sens des vélos (j’en profite pour tordre mon chandail), puis on repart par le même chemin. Heureusement, la pluie s’est finalement arrêtée pour nous permettre de profiter un peu plus du retour.

IMG_4835

L’activité se déroule dans un magnifique décor, en pleine nature, qui doit être de toute beauté en automne (voyez d’ailleurs un extrait vidéo sur la page Facebook Hugo autour du monde). Le personnel est pour sa part fort sympathique. Bref, on a eu beaucoup de plaisir, on a ri et on adoré l’expérience. Une sortie à ajouter sans aucun doute à ma liste des «10 activités les plus originales que j’ai faites».

Randonnée de «railbiking»:

  • Activité offerte par Revolution Rail Co.
  • Durée: environ 2 heures.
  • 80$ US pour un vélo à deux / 140$ US pour un vélo à quatre.
  • La réservation n’est pas obligatoire, mais fortement recommandée en raison de l’achalandage.

En visite chez les lémuriens

Les gens qui m’entourent savent que j’éprouve un amour inconditionnel pour les lémuriens, ces petites bêtes originaires du Madagascar (oui, oui, comme King Julian dans le film du même nom!). Parce que je les trouve particulièrement mignons et originaux, tout simplement. Pour moi, une photo de lémurien, c’est l’antidote à une mauvaise journée.

Alors, imaginez lorsque se présente la chance d’en rencontrer, de les toucher et même de les nourrir! C’est l’expérience unique que j’ai eu la chance de vivre lors de mon récent séjour en Floride grâce à Wildlife Wonderland, une petite compagnie qui souhaite sensibiliser les jeunes et les moins jeunes aux effets que nous avons sur l’environnement, les animaux et plus particulièrement sur les lémuriens, dont plusieurs espèces sont menacées d’extinction.

Pour résumer, il y a plusieurs mois une collègue et moi sommes tombés par hasard sur le compte Instagram de cette petite compagnie dont la vedette est un lémurien prénommé Rupert et nous sommes en quelque sorte devenus ses fans #1 au Canada en «aimant» systématiquement TOUTES les photos et les vidéos de lui sur les médias sociaux. Au cours des derniers mois, la propriétaire de Wildlife Wonderland m’a officiellement invité à rencontrer Rupert si «un jour» je passais dans le coin.

La vie étant parfois bien faite, je me suis rendu en Floride pour une tout autre raison et j’ai réussi à organiser une rencontre avec Rupert… même si j’étais à trois heures de route! Or, j’ai appris une semaine avant le départ que je ne pourrais pas rencontrer mon lémurien préféré parce que, ayant atteint la maturité, il n’est plus sociable avec les gens qui ne font pas partie de sa famille.

La propriétaire de Wildlife Wonderland m’a cependant invité à rencontrer chez elle d’autres membres de la «famille»: les lémuriens Gus Gus, Walter et Eliza, de même que le singe Oswald. Pendant une heure, j’ai pu m’amuser avec eux, les avoir sur moi et même les nourrir (bananes pour tout le monde, c’est ma tournée!).

J’ai non seulement découvert des animaux merveilleux, mais aussi une femme passionnée qui nous a accueillis chaleureusement et qui a à coeur le bien-être des membres de sa «famille».

La maison où tout ce beau monde réside est d’ailleurs bien organisée. Lorsque leurs maîtres sont à la maison, les animaux sont généralement libres et ils ont même des enclos à l’extérieur. La présence de ces petites bêtes empêche leur «mère» de s’absenter plus qu’une journée ou deux de la maison, mais c’est un choix de vie qu’elle a fait et elle l’assume pleinement.

J’ai eu un plaisir fou à passer du temps avec eux. Merci pour le moment mémorable!  🙂

Pour suivre en photos et en vidéos Wildlife Wonderland:

Voyage au cœur de Pandora à Disney World

Lorsqu’est sorti « Avatar » en 2009, je me souviens m’être dit que j’allais voir ce film non pas pour l’histoire (pas mon genre!), mais plus pour découvrir l’univers fantastique inventé par James Cameron; celui de Pandora. J’en étais finalement sorti émerveillé par ce monde coloré que j’aurais bien aimé voir exister.

Huit ans plus tard, la chose est finalement devenue réalité alors que Disney a inauguré, il y a quelques jours à peine, une nouvelle section de son parc Aninal Kingdom consacrée au monde de Pandora. De passage à Orlando, en Floride, avec ma mère pour la semaine, je me suis donc fait un devoir d’aller visiter cette nouveauté qui, ma foi, est plutôt bien réussie.

Dès notre arrivée dans l’île de Pandora, on se sent immergé dans le monde d’ « Avatar » alors que Disney a reproduit la luxuriante végétation d’une impressionnante palette de couleurs du vert au rose en passant par le bleu. C’est sans compter les bruits d’insectes et d’autres bestioles qui proviennent de la forêt et qui viennent ajouter au réalisme de la chose. C’est toutefois en arrivant au cœur de Pandora que le visiteur est le plus impressionné alors qu’aparraissent devant lui les montagnes flottantes de la Vallée de Mo’ara avec leurs chutes d’eau. Impossible de ne pas être en admiration devant ce décor d’une beauté incontestable!

« Na’vi River Journey » et « Avatar Flight of Passage »

Deux aventures s’offrent aux visiteurs dans cette nouvelle section d’Animal Kingdom, mais il leur faudra apprendre à aiguiser leur patience s’ils veulent y prendre part parce qu’ils devront être prêt à passer plusieurs heures en ligne s’ils n’ont pas réussi à mettre la main sur les précieuses « Fast Pass » de Disney (ce qui a été notre cas).

Nous avons tout d’abord attendu deux heures (heureusement, en grande partie à l’ombre) avant de monter dans le radeau qui nous a mené dans la forêt bioluminescente lors de l’aventure « Na’vi River Journey »; un tour de cinq minutes sur l’eau, dans une grotte, où la beauté est au rendez-vous, mais qui ne mérite peut-être pas ces 120 minutes d’attente…

Nous avons ensuite pris notre mal en patience puisqu’il nous a fallu près de trois heures pour prendre part à « Avatar Flight of Passage ». Cette fois, par contre, l’attente en valait plus que la peine puisque c’est l’une des aventures les plus folles que j’ai eu la chance de vivre dans un parc de la sorte.

Le visiteur termine son attente par une mise en scène qui le prépare à chevaucher un banshee des montagnes alors qu’on lui attribue un avatar avant de passer dans une autre pièce sur laquelle on l’invite à mettre des lunettes 3D avant de monter sur un appareil s’apparentant à une motomarine. Et c’est là que tout commence. Le siège (et la pièce tout entière) se met à bouger alors que le mur devant nous se transforme en écran qui nous fait vivre un vol vertigineux (rien de moins!) au-dessus de Pandora. Le réalisme est agrémenté par le vent qui est projeté sur nous, les gouttelettes d’eau alors que nous survolons l’océan et les odeurs sont aussi au rendez-vous. C’est exceptionnel! On en ressort épaté, c’est garanti. Si ce n’était de l’attente interminable, on l’aurait refait deux, trois et même quatre fois juste pour le plaisir de revivre cette magie qu’on n’aurait pas cru possible. C’est à voir!

De passage à Animal Kingdom, il faut aussi absolument prendre le temps de faire le safari africain. D’une durée de 25 minutes, le tour commenté est fascinant et il permet d’admirer plusieurs espèces animales. Lors de notre visite, nous avons notamment pu voir les majestueuses girafes passer à quelques mètres à peine de notre véhicule en plus de prendre quelques clichés de trois mignons girafons.

Ah oui, et prenez quelques minutes pour vous extasier devant le majestueux Arbre de la vie au centre du parc!

Magic Kingdom

Nous avons aussi profité de notre séjour à Orlando pour visiter un deuxième parc de Disney, Magic Kingdom. Comme je n’avais que 9 ans lors de ma première visite au royaume de Mickey Mouse, j’ai apprécié me remémorer de bons souvenirs comme le célèbre « It’s a small world » alors qu’on prend place à bord d’un radeau qui nous fait voir des poupées du monde entier qui chantent au son d’une chanson qui vous restera collée dans la tête pour le reste de la journée.

Pour les amateurs de sensations fortes, il faut essayer « Space Mountain »; des montagnes russes qui roulent à pleine vitesse… dans le noir total!

Finalement, il faut aussi planifier assister à l’une des parades des personnages de Disney. Ça plaît assurément aux plus jeunes et ça rappelle de bons souvenirs aux plus vieux.

Disney Springs

Nous avons conclu notre passage dans le monde de Disney par une soirée à Disney Springs, une charmante zone commerciale piétone au bord de l’eau. Il y a non seulement des boutiques, mais aussi d’excellents restaurants.

C’est d’ailleurs à cet endroit que nous avons assisté au spectacle « La Nouba » du Cirque du Soleil, installé en permanence à Orlando. Je voulais voir ce spectacle depuis déjà plusieurs années et je remettais toujours le projet à plus tard, mais le Cirque a annoncé il y a quelques mois que « La Nouba » se terminera le 31 décembre prochain, après 19 ans et des milliers de représentations.  C’était donc maintenant ou jamais et je n’ai pas été déçu. Le spectacle présente des numéros époustouflants, les clowns sont hilarants et la salle est intimiste.

Alors, prêts à visiter Disney?