Archives pour la catégorie Autres

La prochaine destination est…

À peine revenu des Îles Canaries (vous remarquerez d’ailleurs que je vous ai ramené le soleil et la chaleur), je vous annonce déjà ma prochaine destination autour du monde. Quand je vous disais que voyager était une drogue, je ne blaguais pas!

L’automne prochain, je partirai donc à la découverte de…

***Roulement de tambour***

… Dublin et Amsterdam, qui sont respectivement les capitales de l’Irlande, puis des Pays-Bas.

Mon Amoureuse rêvait de l’Irlande depuis longtemps; nous irons donc découvrir ce pays ensemble. Pour ma part, le désir de visiter Amsterdam était bien présent depuis un bon moment. Nous ferons donc d’une pierre, deux coups.

Chanceux que nous sommes, nous avons trouvé des billets d’avion à un prix vraiment exceptionnel, imbattable, de là notre empressement à réserver plusieurs mois à l’avance.

Espérant vous retrouver lors de cette prochaine aventure!

La piqûre du voyage

Lorsque j’étais adolescent, si vous m’aviez dit que je me lancerais à la découverte du monde comme je le fais déjà depuis quelques années, je ne vous aurais certainement pas cru. Parce que ce n’était pas moi, tout simplement. C’était plus le genre de mon aventureuse de sœur que j’ai vu partir deux fois au Burkina Faso son sac sur le dos, insouciante à souhait du haut de ses 18 ans fraîchement atteints. Pas ma tasse de thé, que je me disais. À cette époque, j’étais bien dans mon confort et je n’avais surtout jamais connu autre chose.

Le hasard a fait que les choses ont changé un jour de 2008 lorsque mon bon ami Dominic m’a appelé: « Je pars en voyage avec deux amis au Costa Rica, mais on veut partir à quatre. Embarques-tu? » Je ne me souviens pas si j’ai hésité et, si oui, combien de temps. Chose certaine, j’ai fini par me dire que la chance ne se présenterait pas deux fois et j’ai sauté pieds joints dans mon premier voyage d’aventure.

Dix jours à sillonner les routes pas toujours évidentes du Costa Rica en 4 X 4 et à m’ennuyer de ma mère en maudit après m’être fait mordre par un serpent et avoir cru sérieusement que j’allais mourir, là, dans un hôtel au fin fond de nulle part où on a demandé au cuisinier (!!) de me soigner. Rassurant! Mais ce voyage a surtout été marqué par des compagnons de voyage exceptionnels, des paysages magnifiques (de longues minutes à admirer le volcan Arenal cracher chaque soir sa lave pour se donner en spectacle), des animaux amusants (singes, paresseux, oiseaux)… Bref, j’ai eu la piqûre.

Le volcan Arenal, au Costa Rica. L'un des plus beaux paysages que j'ai eu la chance de voir.
Le volcan Arenal, au Costa Rica, vu de notre hôtel en 2008. L’un des plus beaux paysages que j’ai eu la chance de voir.
L’année suivante, je suis parti au Mexique visiter mon amie Mélanie, dans sa charmante ville de Mérida, puis la péninsule du Yucatán. J’ai eu la chance de connaître le Mexique dans toute son authenticité: j’ai goûté les « vrais » plats, j’ai été invité à un mariage, j’ai assisté à une fête locale…

Ensuite, ça a été l’Espagne, la France, la Thaïlande, la Californie et bientôt les Îles Canaries… Tout ça entrecoupé de voyages au soleil qui m’ont mené en plusieurs endroits des Caraïbes et d’Amérique centrale.

À l'Alhambra de Grenade, en Espagne, en octobre 2010.
À l’Alhambra de Grenade, en Espagne, en octobre 2010.
J’ai voyagé seul, j’ai voyagé accompagné, mais chaque fois c’est la même histoire: un mélange de frénésie et de crainte par rapport à ce qui m’attend. Chose certaine, c’est une drogue. Dès le retour, je me mets à penser au prochain voyage. C’est pour ça que je parle de piqûre du voyage.

On me pose souvent les mêmes questions: « Mais comment tu fais pour voyager autant? Pour partir si souvent? » J’ai toujours la même réponse plate: « À chacun sa priorité. Pour certains, ce sont les vêtements. Les souliers. Les sacoches. Les voitures neuves. Pour moi, ce sont les voyages. » C’est ça, la piqûre. Je m’envole d’ailleurs dans quelques heures pour une petite semaine sous le soleil du Mexique avec l’Amoureuse. J’aurai sans doute un ou deux trucs à vous raconter au retour.

2014 en révision

Bonne année à tous, chers lecteurs! En ce début de 2015, je tenais à vous en souhaiter une excellente, remplie de santé, de bonheur et d’amour. Pour ma part, vous savez quoi me souhaiter en plus de tout ça!

La dernière année m’a plutôt gâté sur le plan de mes découvertes autour du monde et je ne peux que souhaiter que cela se poursuivre. D’ailleurs, je tenais à remercier chacun d’entre vous. Merci de me lire, de me suivre dans mes aventures et de faire en sorte que ce rêve d’écrire au sujet de mes voyages (qui a commencé par de simples courriels à mes proches en 2009) se poursuive à une échelle de plus en plus grande. Vous avez été des centaines à lire cette page en 2014 et cela me fait chaud au cœur.

D’ailleurs, soyez au rendez-vous en 2015 puisque vous aurez très bientot droit à de nouvelles aventures!

D’ici là, si le coeur vous en dit, WordPress a préparé un rapport plutôt rigolo des statistiques du blogue Hugo autour du monde l’an dernier. Vous pouvez le consulter ci-dessous.

Encore une fois, bonne année, et au plaisir de partager de bons moments avec vous en 2015!

Extrait du rapport :

Un tramway de San Francisco peut contenir 60 personnes. Ce blogue a été visité 1 600 fois en 2014. S’il était un de ces tramways, il aurait dû faire à peu près 27 voyages pour transporter tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Rencontre avec la Frousse

​​Bruno Blanchet s’est surtout fait connaître à la télévision ​par des émissions comme «La fin du monde est à 7h» et «N’ajustez pas votre sécheuse». ​ ​Pour son côté humoristique, quoi.

Pour ma part, je ne l’ai pas tant découvert par ses sketchs que par son écriture. Quand Bruno Blanchet a commencé à écrire ses chroniques «La frousse autour du monde» dans La Presse, j’étais au cégep. Je n’avais encore jamais voyagé très loin, mais je me souviens que chaque samedi, ses récits m’amenaient ailleurs.

Souvent, je le trouvais bien fou. À l’époque, tout ça semblait si loin de moi, inaccessible. Force est d’admettre qu’il m’a inspiré.

Au cours des années qui ont suivi, j’ai commencé à découvrir le monde. J’ai traîné les quatre tomes de «La frousse autour du monde» dans mes valises pour ou lire ou relire ces aventures qui m’ont fait rêver. J’en suis venu à adorer Bruno Blanchet pour son courage de partir en laissant pratiquement tout derrière lui et aussi pour son talent à mettre en mots ses récits.

Occasion ratée

En novembre 2013, les planètes se sont presque alignées afin que je le rencontre… mais nous avions inversé nos places. Alors que lui était dans les locaux de mon employeur, à Montréal, pour accorder une entrevue, j’étais pour une dernière nuit à Bangkok, en Thaïlande, où Bruno passe la majorité de son temps. Il y a même ouvert le Snack Bar BKK, où il sert de la poutine.

C’est finalement hier soir que ma chance s’est pointée le bout du nez. Il y a plus d’un mois, j’avais donné mon nom pour assister à une émission de variétés avec l’Amoureuse… sans savoir que Bruno Blanchet y serait l’un des invités le soir où nous nous retrouverions parmi le public.

Bruno Blanchet et Hugo
Bruno Blanchet et Hugo
Après son entrevue, je suis allé le voir alors qu’il était au bar. «Je n’ai pas l’habitude d’être groupie, mais là…», que je lui ai lancé pour l’aborder. Il a ri. Je lui ai parlé de ses livres que j’ai littéralement dévorés (il m’a d’ailleurs dit qu’un autre était en préparation!). On a jasé de la Thaïlande quelques minutes.

photo 2
On a pris une photo ensemble et j’ai fait mon «vieux jeu» en lui demandant en plus de m’écrire un mot. Groupie, je vous l’ai dit!

Merci, Bruno, pour ta simplicité. Et merci pour ton inspiration.

Un peu de rêve

Le printemps dernier, le Mouvement Desjardins a lancé le concours «Destination coup de coeur», demandant aux internautes de lui faire parvenir des billets de blogue à publier sur son site destiné aux voyages, DestinaGo.com. Depuis mars et jusqu’en novembre, Desjardins choisit les deux meilleurs textes par mois et chaque billet publié donne 250$ au gagnant.

Un concours tout désigné, me suis-je dit. Et bien voilà qu’une partie de rêve se réalise pour moi. Être payé pour deux choses que j’adore: écrire et voyager. Deux de mes textes ont été retenus, puis publiés jusqu’à maintenant.

  • «Magie de feu»; version allongée du texte que vous avez pu lire sur ce site lors de mon voyage en Thaïlande l’automne dernier (gagnant mai 2014).
  • «Un laissez-passer pour le paradis»; un texte spécialement composé pour  le concours qui raconte ma visite aux îles Similan, également en Thaïlande (gagnant juin 2014).

Si vous saviez… C’est un immense privilège que d’être rémunéré pour raconter mes aventures de voyage.  Chaque fois que je monte à bord d’un avion, j’ai hâte d’écrire, de partager. Je rêve qu’un jour ce blogue puisse prendre une plus grande ampleur et me permette même de vendre certains de mes textes. Qui sait ce que l’avenir nous réserve?

D’ailleurs, soyez au rendez-vous pour la prochaine aventure qui approche à grands pas. Dans moins de deux semaines, ma copine et moi visiterons la Californie pour une douzaine de jours. Ne manquez surtout pas ça!

Nouvelle destination, nouveau concept

Vous m’avez peut-être déjà suivi dans mes quelques voyages alors que je vous faisais parvenir un courriel quotidien. Cette fois, j’ai décidé d’utiliser l’outil qu’est le blogue pour vous amenez avec moi dans ma prochaine aventure: la Thaïlande.

Le principe demeurera toutefois le même: vous trouverez sur cette page un résumé que j’espère vous faire parvenir chaque jour, des anecdotes, des découvertes, mais aussi quelques photos.

Restez à l’affût, le grand départ aura lieu le 11 novembre prochain. Pour ne rien manquer, vous pouvez vous abonner à cette page afin de recevoir mes nouveaux articles directement par courriel. Pour ce faire, vous n’avez qu’à vous inscrire en cliquant sur le bouton orange SUIVRE au bas de la page.