Archives du mot-clé Munich

Vol Munich – Montréal sur Lufthansa

Au cours des années, j’ai eu la chance de voyager sur les ailes de plus d’une quinzaine de compagnies aériennes qui m’ont transporté ailleurs en Amérique, en Europe et en Asie.

Loin d’être identiques, les transporteurs aériens offrent différents niveaux de confort et de service, bien que j’aie toujours voyagé en classe économique (je caresse le rêve, un jour, de faire un long-courrier dans la prestigieuse classe affaires, mais il faut y mettre le prix 💵💰). Mon dernier vol entre Munich et Montréal sur les ailes de Lufthansa, la compagnie nationale allemande, me l’a une fois de plus prouvé. Compte rendu.

Imagine générique d’un avion de Lufthansa

Embarquement

Ça commence plutôt mal. Alors qu’on entame le processus d’embarquement, ça semble être le « free for all » à la porte L13. Des passagers ont déjà fait marquer leur carte d’embarquement par le personnel qui a préalablement vérifié leur passeport, d’autres non. Les files d’attente s’entrecroisent et ça n’avance pas.

Une fois à bord, on rejoint nos sièges sur lesquels sont déjà disposés oreiller, couverture et casque d’écoute. On a réservé nos sièges à l’avance parce que nous sommes à bord d’un Airbus A330-300 avec la configuration 2-4-2 en classe économique. Comme on adore cette disposition (le plaisir d’être seulement deux côte à côte et l’avantage du hublot), nous nous sommes ainsi assurés d’en profiter. Nous avons chacun un écran avec vaste choix de divertissement.

L’un des agents de bord circule parmi les passagers et fait le tour des enfants pour leur remettre de quoi passer le temps (crayons à colorier et autres).

J’ignore si c’est le cas de tous les vols de Lufthansa en provenance ou à destination de Montréal, mais l’un des agents de bord parle français. On a donc droit aux messages habituels en allemand, en anglais et en français. C’est apprécié.

Service en vol

Peu de temps après le décollage, le personnel de cabine entame le service avec la distribution de petites serviettes humides chaudes pour se laver les mains et/ou le visage, puis par l’offre d’un apéritif. Je commande un gin tonic à l’agent de bord hyper sympathique et drôle qui rempli la moitié du verre de gin en me lançant « You’re a strong man » et en me remettant une canette de tonic.

Entre-temps, l’Amoureuse s’aperçoit que son système de divertissement est défectueux: plusieurs films ou émissions ne sont pas disponibles sur son écran alors qu’ils le sont sur les autres. On avise l’agent de bord qui tente de réinitialiser le système à plusieurs reprises, sans succès. Elle s’excuse sincèrement, nous expliquant qu’elle n’est pas en mesure de nous changer de siège puisque l’avion est complet. On finira par inverser nos places; le contenu qu’elle désirait regarder étant disponible sur mon écran.

Arrive un peu plus tard le repas principal. Sur ce vol, on a le choix entre une poitrine de poulet avec purée et légumes ou encore des tortellinis au fromage avec sauce tomate. On trouve aussi sur notre plateau une salade avec vinaigrette italienne, un pain, du beurre, un morceau de camembert, une part de gâteau et un petit chocolat. J’opte pour le poulet avec un verre de vin rouge. Pendant le repas, le personnel circule avec le reste des bouteilles de vin pour resservir ceux qui le désirent.

Suit le service du digestif. Je commande un café Bailey’s. Encore une fois, l’agent de bord est généreuse sur la portion Bailey’s.

Plus tard pendant le vol, on offre des verres d’eau, de jus et de boissons gazeuses disposés sur des cabarets.

À un certain moment, l’agent de bord qui a tenté, en vain, de régler le problème du système de divertissement de l’Amoureuse revient et nous donne chacun une pochette normalement offerte aux passagers de la classe affaires dans laquelle on trouve un petit kit d’hygiène personnelle et de confort à bord. Elle nous donne aussi un petit pot de crème glacée à partager. On apprécie le geste.

Finalement, peu avant d’entamer notre descente vers Montréal, on passe au service de la collation avec le choix ou d’un hot-dog ou d’une pizza végétarienne. Hot-dog pour moi!

Après avoir ramassé les déchets, on nous offre une autre serviette humide chaude avant l’atterrissage.

Bilan

Assurément l’une des meilleures compagnies, en matière de service, avec laquelle j’ai eu la chance de voyager. L’avion était aussi confortable avec un espace raisonnable pour les jambes. Jusqu’à maintenant, ma meilleure expérience avait été avec Swiss, mais Lufthansa a atteint, à mes yeux, un niveau comparable. Note parfaite.

Fiche descriptive:

  • Vol: LH474 / Munich (MUC) – Montréal (YUL)
  • Date: 21 avril 2018
  • Durée: environ 7h30
  • Classe: économique
  • Appareil: Airbus A330-300