Archives du mot-clé Montréal

Vol Munich – Montréal sur Lufthansa

Au cours des années, j’ai eu la chance de voyager sur les ailes de plus d’une quinzaine de compagnies aériennes qui m’ont transporté ailleurs en Amérique, en Europe et en Asie.

Loin d’être identiques, les transporteurs aériens offrent différents niveaux de confort et de service, bien que j’aie toujours voyagé en classe économique (je caresse le rêve, un jour, de faire un long-courrier dans la prestigieuse classe affaires, mais il faut y mettre le prix 💵💰). Mon dernier vol entre Munich et Montréal sur les ailes de Lufthansa, la compagnie nationale allemande, me l’a une fois de plus prouvé. Compte rendu.

Imagine générique d’un avion de Lufthansa

Embarquement

Ça commence plutôt mal. Alors qu’on entame le processus d’embarquement, ça semble être le « free for all » à la porte L13. Des passagers ont déjà fait marquer leur carte d’embarquement par le personnel qui a préalablement vérifié leur passeport, d’autres non. Les files d’attente s’entrecroisent et ça n’avance pas.

Une fois à bord, on rejoint nos sièges sur lesquels sont déjà disposés oreiller, couverture et casque d’écoute. On a réservé nos sièges à l’avance parce que nous sommes à bord d’un Airbus A330-300 avec la configuration 2-4-2 en classe économique. Comme on adore cette disposition (le plaisir d’être seulement deux côte à côte et l’avantage du hublot), nous nous sommes ainsi assurés d’en profiter. Nous avons chacun un écran avec vaste choix de divertissement.

L’un des agents de bord circule parmi les passagers et fait le tour des enfants pour leur remettre de quoi passer le temps (crayons à colorier et autres).

J’ignore si c’est le cas de tous les vols de Lufthansa en provenance ou à destination de Montréal, mais l’un des agents de bord parle français. On a donc droit aux messages habituels en allemand, en anglais et en français. C’est apprécié.

Service en vol

Peu de temps après le décollage, le personnel de cabine entame le service avec la distribution de petites serviettes humides chaudes pour se laver les mains et/ou le visage, puis par l’offre d’un apéritif. Je commande un gin tonic à l’agent de bord hyper sympathique et drôle qui rempli la moitié du verre de gin en me lançant « You’re a strong man » et en me remettant une canette de tonic.

Entre-temps, l’Amoureuse s’aperçoit que son système de divertissement est défectueux: plusieurs films ou émissions ne sont pas disponibles sur son écran alors qu’ils le sont sur les autres. On avise l’agent de bord qui tente de réinitialiser le système à plusieurs reprises, sans succès. Elle s’excuse sincèrement, nous expliquant qu’elle n’est pas en mesure de nous changer de siège puisque l’avion est complet. On finira par inverser nos places; le contenu qu’elle désirait regarder étant disponible sur mon écran.

Arrive un peu plus tard le repas principal. Sur ce vol, on a le choix entre une poitrine de poulet avec purée et légumes ou encore des tortellinis au fromage avec sauce tomate. On trouve aussi sur notre plateau une salade avec vinaigrette italienne, un pain, du beurre, un morceau de camembert, une part de gâteau et un petit chocolat. J’opte pour le poulet avec un verre de vin rouge. Pendant le repas, le personnel circule avec le reste des bouteilles de vin pour resservir ceux qui le désirent.

Suit le service du digestif. Je commande un café Bailey’s. Encore une fois, l’agent de bord est généreuse sur la portion Bailey’s.

Plus tard pendant le vol, on offre des verres d’eau, de jus et de boissons gazeuses disposés sur des cabarets.

À un certain moment, l’agent de bord qui a tenté, en vain, de régler le problème du système de divertissement de l’Amoureuse revient et nous donne chacun une pochette normalement offerte aux passagers de la classe affaires dans laquelle on trouve un petit kit d’hygiène personnelle et de confort à bord. Elle nous donne aussi un petit pot de crème glacée à partager. On apprécie le geste.

Finalement, peu avant d’entamer notre descente vers Montréal, on passe au service de la collation avec le choix ou d’un hot-dog ou d’une pizza végétarienne. Hot-dog pour moi!

Après avoir ramassé les déchets, on nous offre une autre serviette humide chaude avant l’atterrissage.

Bilan

Assurément l’une des meilleures compagnies, en matière de service, avec laquelle j’ai eu la chance de voyager. L’avion était aussi confortable avec un espace raisonnable pour les jambes. Jusqu’à maintenant, ma meilleure expérience avait été avec Swiss, mais Lufthansa a atteint, à mes yeux, un niveau comparable. Note parfaite.

Fiche descriptive:

  • Vol: LH474 / Munich (MUC) – Montréal (YUL)
  • Date: 21 avril 2018
  • Durée: environ 7h30
  • Classe: économique
  • Appareil: Airbus A330-300

Aura: magie à la Basilique Notre-Dame

C’est l’un des endroits prisés par les touristes à Montréal: la Basilique Notre-Dame. J’ai beau habiter la métropole depuis 14 ans, je pense que je n’y avais pas mis les pieds depuis ce temps, ma dernière visite remontant sans doute à mon enfance.

Il aura finalement fallu Aura, l’expérience créée par Moment Factory dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, pour me ramener à l’intérieur des murs de cette église qui trône au coeur du Vieux-Montréal.

Aura se divise en deux segments distincts. Les visiteurs pénètrent d’abord dans la Basilique et sont invités à en faire le tour pour découvrir certaines de ses oeuvres mises en évidence par la technologie de Moment Factory. Avec ces lumières venues d’on ne sait où, les toiles semblent prendre vie devant nos yeux. C’en est déroutant et on se laisse rapidement charmer.

IMG_3554

Puis, arrive le véritable spectacle avec son volet immersif où projections, sons et lumières sont au rendez-vous. Les visiteurs prennent alors place dans les bancs de la Basilique (le billet ne donne aucune place assignée) pour le deuxième volet d’une vingtaine de minutes au cours duquel se succèdent divers tableaux.

J’avoue avoir été complètement subjugué par celui mettant en scène les quatre saisons et où le toit de la Basilique Notre-Dame semble soudainement être fait de verre. On aperçoit tour à tour des arbres dénudés qui deviennent verts, ensuite des feuilles multicolores partir au vent, puis des flocons de neige tomber sur la métropole. Le tableau mettant en scène un orage est tout aussi fascinant et réaliste.

IMG_3557

Plus qu’une simple expérience, Aura fait vivre aux spectateurs un moment magique que ces derniers souhaitaient assurément poursuivre de longues minutes. À la fin du spectacle, personne ne s’est levé, tout le monde étant visiblement encore envouté.

Aura est assurément un arrêt obligatoire si vous habitez Montréal ou si vous passez par la métropole.

Aura:

  • 24,50$ par adulte
  • Durée approximative de 40 minutes
  • Du mardi au samedi (deux représentations le vendredi et le samedi soir)

Montréal et ses «food trucks»

Si vous passez par Montréal pendant l’été et que vous avez un petit côté foodie, vous ne devez absolument pas manquer les camions de nourriture de rue, communément appelés food trucks, qui arpentent les rues de la métropole.

Mieux encore, chaque premier vendredi du mois de mai à octobre, des dizaines de ces camions se réunissent sur l’esplanade du parc olympique pour vous faire déguster leurs délicieux plats. C’est sans doute LE rassemblement à ne pas manquer et qui est devenu, depuis déjà quelques années, ma sortie estivale favorite à Montréal. Ne me cherchez pas le premier vendredi de chaque mois, c’est clair que je suis en train de célébrer l’été et de me bourrer la face dans l’ombre de la grande tour.

Ce qu’il y a de plus beau, c’est que les mets qui y sont proposés sont de qualité (oubliez les camions à hot-dog et les chariots à bretzel de New York) et diversifiés. C’est entre autres votre chance de goûter une impressionnante variété de poutines allant de celle au foie gras à celle au bacon en passant par celle aux côtes levées ou encore celle au whisky. Non, une seule visite ne suffira certainement pas.

img_9561
La poutine au bacon du Bacon Truck

Parmi mes coups de coeur, la poutine chorizo et bacon du Roux Food Truck qui est délicieuse et dont la portion est fort généreuse. On craque aussi pour Pizzéria No 900 qui prépare votre pizza sous vos yeux avant de la faire cuire en quelques secondes dans son immense four directement dans son camion. Original et bon au goût!

Il y a de tout, pour tous les goûts, et ça se déroule toujours dans une atmosphère festive digne des plus belles soirées de l’été. Ce n’est pas pour rien que l’événement attire chaque fois des milliers de personnes.

Les premiers vendredis:

  • de mai à octobre, de 16h à 23h, sur l’esplanade du parc olympique (métro Pie-IX, ligne verte)
  • entrée sur le site gratuite

Quoi faire au Québec?

Depuis la création de mon blogue, il y a bientôt trois ans, je vous ai raconté mes aventures de voyages en Asie, en Europe, dans les Caraïbes… Après ces milliers de kilomètres parcourus autour du globe, j’ai décidé d’ajouter la section «Québec – Canada» à Hugo autour du monde.

Comme le blogue est lu aussi bien ici qu’ailleurs à travers le monde, je me suis dit que cela pourrait être intéressant et, qui sait, vous découvrirez peut-être même des choses près de chez vous que vous n’avez jamais essayées. Je l’avoue moi-même: je suis allé à l’autre bout du monde, mais j’ai très peu visité mon Québec et mon Canada.

Attendez-vous donc à y trouver des articles sur des sorties, des festivals, des événements spéciaux et de petites escapades au Québec ou ailleurs. Parce que parcourir le Québec, c’est aussi voyager…

Montréal vers de nouveaux horizons

Ce n’est pas toujours évident de parcourir le monde quand la seule logistique du transport aérien peut suffire à décourager certaines personnes de s’envoler ou très loin ou vers des destinations moins connues.

Certains voyageurs ne craignent pas de réserver un itinéraire avec une correspondance avant de rejoindre leur destination finale soit par souci d’économie, soit pour profiter d’un arrêt de quelques heures pour découvrir les villes où leur avion se pose; des endroits qu’ils ne visiteraient pas nécessairement en temps normal (c’est ce que j’ai fait à Amman, en Jordanie, en 2013). Pour d’autres, cependant, c’est carrément rebutant.

La bonne nouvelle, c’est qu’Aéroports de Montréal ajoutera prochainement à son offre deux destinations en vol direct à partir de Montréal-Trudeau (YUL). Ainsi, dès le 29 septembre, Air China vous mènera de Montréal à Pékin en 13 ou 14 heures et Icelandair offrira dès mai 2016 un vol direct vers la capitale islandaise.

C’est bien sûr une occasion de sauver du temps, mais aussi de se simplifier la vie. Un seul embarquement, un seul processus d’immigration, risque moindre de perte de bagage… Ce qui est encore plus merveilleux, c’est que les compagnies qui offrent ces nouvelles liaisons proposent pour le lancement des prix fort avantageux qui vous pourriez ne jamais revoir.

Actuellement, par exemple, Icelandair propose un vol direct à moins de 700$ pour Reykjavik lors de son lancement à partir de YUL alors que, normalement, les billets frôlent les quatre chiffres à cette période de l’année. En mai, Air China annonçait un vol direct à aussi peu que 959$ pour Montréal-Pékin pendant que ses compétiteurs affichaient 20$ de plus, mais avec une correspondance. Maintenant, à vous d’en profiter!