Archives du mot-clé château de Prague

Prague la magnifique

Mélissa et moi avions cette réflexion il y a quelques jours à peine, au début du voyage. « C’est bien beau les palais, les châteaux, mais en bout de ligne, ça fini souvent par se ressembler. »

Cependant, comme nous sommes à Prague et que son château fait semble-t-il partie des incontournables de la ville, nous avons décidé de le visiter et force est d’admettte qu’il voulait nous faire mentir parce que le château qui domine la capitale tchèque est loin d’être comme les autres.


On dit de lui qu’il serait le plus grand château au monde et je n’ai aucune difficulté à le croire, car le site où habite encore aujourd’hui le président de la République tchèque compte des dizaines d’immeubles qui lui donne des allures d’un quartier entier, voire même d’une ville indépendante de Prague. Juste là, c’est impressionnant et on pourrait passer une journée entière entre ses murs, mais à un certain moment nous devons nous limiter.

L’Amoureuse et moi nous sommes donc contentés d’en visiter quatre parties: le palais royal, la basilique Saint-Georges, la ruelle d’or et la cathédrale Saint-Guy (photo ci-dessous). C’est d’ailleurs cette dernière visite qui s’est avérée la plus impressionnante de par sa grandeur et sa beauté incontestable. Les nombreuses chapelles, les vitraux et le majestueux tombeau de Jean Népomucène ont notamment retenu notre attention.


Au vieux palais royal, c’est l’aspect général qui nous a surpris avec son look très ancien qui en a long à dire sur l’histoire (photo ci-dessous). Quant à la ruelle d’or, l’endroit est charmant comme tout, mais le nombre de visiteurs simultanés rend la visite à la limite du désagréable.


Nous avons terminé la visite par les jardins du château qui offrent plusieurs points de vue saisissants sur Prague puisque le site surplombe la ville plusieurs mètres plus bas. Juste pour ça, le déplacement en valait la peine.

Tour de Petrin 

Parlant de vue, nous en avons eu toute une aujourd’hui! Après avoir vu Prague depuis le château, on se disait qu’on avait sans doute vu la ville du meilleur endroit possible, mais c’était loin d’être le cas.

Tout près du château se trouve la colline de Petrin et sa tour de 60 mètres de hauteur. Ça paraît bien peu, mais quand on considère l’élévation de la colline, la tour atteint presque la même hauteur que la Tour Eiffel. C’est d’ailleurs sous le même modèle que la tour de Petrin a été construite en 1891 si bien que, de loin, on se croirait presque rendus à Paris.

Une fois sur place, ce sont 299 marches qui nous attendaient pour finalement avoir droit au panorama tant convoité. Aucun regret pour l’effort, parce que ça valait le coup. Avec sa plateforme fenestrée sur 360 degrés, le sommet de la tour offre une vue à couper le souffle. On aperçoit, beaucoup plus pas, l’ensemble du château, le pont Charles, les centaines de petits toits orangés, un petit vignoble… Des images mémorables.


Nous avons finalement repris le long escalier en spirale pour nous ramener au pied de la tour avant de descendre la colline en empruntant cette fois le funiculaire qui nous a offert une autre belle vue sur la ville. Un petit tour de tramway et, hop, une courte marche dans le quartier juif pour terminer la journée.

C’est d’ailleurs ce qui, je trouve, rend Prague magnifique. Juste le fait de pouvoir la découvrir rue après rue dans ses airs de petit labyrinthe alors qu’à chaque coin une autre surprise nous attend autant que de pouvoir l’admirer dans son ensemble, d’un peu plus haut.

Visite du château de Prague:

  • Vous pouvez entrer dans le périmètre du château gratuitement, mais vous n’aurez pas accès aux bâtiments. Pour notre part, nous avons opté pour le circuit B, au coût de 250 couronnes tchèques (environ 12,50$ CAD).
  • Audioguide et visite en français disponibles moyennant des frais supplémentaires.

Tour de Petrin:

  • 120 couronnes tchèques (6$ CAD) si vous empruntez les marches. Possibilité de monter en ascenseur pour 60 couronnes supplémentaires (3$ CAD).

Prague avant le lever du soleil

8h30. C’est le temps qu’il nous a fallu en train depuis Cracovie pour atteindre Prague, en République tchèque, au cours de la nuit dernière. 8h30 de transport à trois dans un compartiment de six sièges, à somnoler et à se réveiller à chacun des dix arrêts du trajet. Sans compter les fois où je me suis réveillé parce que le seul autre passager qui voyageait avec nous ronflait comme une Kalachnikov! Je peux vous dire que j’avais hâte qu’il manque de munitions pour qu’on en finisse enfin.

Il y a aussi la fois où je me suis réveillé en sursaut lorsque l’employée tchèque de la compagnie de train a surgi dans notre compartiment, à la moitié du chemin, en demandant je ne sais trop quoi. Devant ma face de gars à moitié endormi qui ne réagissait pas, elle a finalement gromelé « ticket ». Oui, elle a réveillé tout le monde pour estampiller nos billets qui l’avaient déjà été au début du voyage par un employé polonais. Merci madame!

Bref, nous sommes arrivés à Prague un peu avant le lever du soleil. Les yeux encore petits, nous avons marché jusqu’à notre appartement, laissé nos sacs, avant d’aller déjeuner et de profiter de la tranquillité du dimanche matin pour partir à la découverte de la ville.


Alors que les rues sont encore désertes, on descend vers la place de la vieille ville, on déambule lentement… Arrivés sur place, il n’y a per-son-ne! À peine quelques touristes asiatiques, trépieds et « selfie sticks » en main. On prend nous aussi quelques photos avant de filer vers le pont Charles, qui est un peu le symbole de la ville.


Encore là, l’instant est magique. Les caricaturistes, artistes et autres vendeurs qui occupent normalement le pont ne sont pas encore installés. Quelques touristes ici et là, sans plus. Le soleil perce légèrement à travers les nuages; la lumière est superbe.

On a par la suite filé vers le château de Prague, l’une des attractions les plus populaires de la ville. Plutôt impressionnant: c’est tellement immense qu’on dirait un quartier complet dans la ville. Comme on doit retourner finir la visite demain, je vous en reparlerai à ce moment.

Ce n’est qu’en revenant vers le cœur de la ville que nous nous sommes aperçus de toute la chance que nous avions eu le matin. Le pont Charles était alors inondé de gens, de groupes de touristes. Les petites rues réservées aux piétons étaient elles aussi complètement bloquées. Une fois sur la place de la vieille ville, les touristes se comptaient par milliers. Prague avait repris son air normal, je suppose…

Je termine en vous parlant d’une sucrerie très populaire, ici. Je vous présente le chimney; une espèce d’hybride entre la brioche et le cornet de crème glacée.


Le cône, qui a la texture et le goût de la brioche, est rempli de deux boules de crème glacée par-dessus laquelle on ajoute de la crème fouettée, puis un coulis de chocolat. C’est tout simplement décadent!