Archives du mot-clé Croisière

Croisière dans le canal du diable

Avant de partir de Montréal, j’ai demandé à une amie qui a visité Prague il n’y a pas si longtemps de me dresser une liste de ses incontournables. Parmi ses suggestions: une croisière.

Comme j’ai adoré l’expérience de découvrir Amsterdam par ses canaux, l’an dernier, je me suis dit que cela pourrait être intéressant. Parce que visiter une ville à partir de l’eau, c’est la voir sous une toute autre perspective. Et comme j’écrivais hier, Prague est ce genre de ville qu’on prend plaisir à découvrir de toutes les façons possibles.


Nous avions donc rendez-vous vers midi sur un des quais qui borde la Vltava, la plus longue rivière de la République tchèque, après que nous ayons réservé une petite croisière avec commentaires. Une fois de plus au cours de notre voyage, nous avons été chanceux parce que nous étions les seuls passagers à bord du petit bateau, ce qui veut dire que nous avons eu un tour privé.

Nous avons alors pu admirer d’une nouvelle façon le pont Charles (en passant dessous à deux reprises), le château, voir de plus près les dizaines de cygnes qui voguent sur la Vltava, mais aussi découvrir d’autres parties de la ville que nous n’avions pas eu la chance de voir jusqu’à maintenant.


Parmi elles, le Certovka dont le nom signifie, en tchèque, « canal du diable ». Ce joli canal qui a été construit du côté ouest du pont Charles doit son nom de l’époque où les habitants y déversaient leurs déchets et égouts. L’odeur qui s’en dégageait était, on sans doute bien, épouvantable, si bien qu’on la comparait à celle de l’enfer. Aujourd’hui, on l’appelle plutôt la Venise de Prague. C’est dire comment les choses ont changé pour le mieux.

Alors qu’on ne s’attendait à rien de bien impressionnant, notre bateau s’est lentement engouffré dans le Certovka et je dois admettre que nous avons eu une belle surprise! On ne se sentait plus du tout au même endroit. Comme si, en l’espace de quelques secondes, nous étions rendus dans une autre ville. Pas que Prague ne soit pas charmante,  bien au contraire, mais ce petit canal a un petit plus qui fait toute la différence.


Traversant le canal, nous avons aperçu deux ponts auxquels, comme à Paris, les amoureux attachent un cadenas portant leurs noms ou initiales avant de jeter la clé à l’eau ce qui doit, théoriquement, sceller leur amour pour l’éternité. Or, de l’aveu même de notre guide qui dit l’avoir essayé, ça ne fonctionne pas! C’est peut-être en raison du fait que la Ville coupe tous les cadenas de façon périodique pour éviter d’endommager les structures. Quoi qu’il en soit…


Nous avons également été en mesure de voir jusqu’où est monté le niveau de l’eau lors des grandes inondations de 2002 et je peux vous dire que c’est impressionnant. Au moins six mètres d’eau de plus qu’actuellement! En deux endroits sur notre parcours, nous avons aperçu un marqueur indiquant le niveau qu’a atteint l’eau cette année-là. Lors de cette épisode, le métro de Prague a été inondé et a été fermé pendant un an, le temps de tout reconstruire le réseau.

Comme le zoo de Prague ne se trouve pas loin de la rivière, un lion de mer du parc zoologique a quant à lui profité de la crue des eaux pour prendre le large et a finalement été retrouvé… en Allemagne! 

Bref, non seulement notre croisière a été plaisante pour les yeux, mais nous avons aussi appris une tonne de choses. Comme nous étions les seuls à bord, nous avons pu poser plusieurs questions auxquelles le guide a gentiment répondu.

Croisière sur la Vltava et dans le Certovka:

  • 350 couronnes tchèques (17,50$ CAD)
  • Durée: 50 minutes avec capitaine/guide anglophone
  • Fournisseur: Prague Boats

Faits en vrac:

  • Hier, en arrivant au restaurant, on nous a demandé si nous voulions nous asseoir dans la section fumeur ou non fumeur… Ça m’a fait tout un choc; ça fait des années que je n’avais pas entendu ça!
  • Au même restaurant, on m’a servi une assiette tellement grosse que j’ai été incapable de la terminer. Ça aussi, ça faisait des années que je n’avais pas vu ça!

Ciao l’hiver!

Ce matin, 28 février, température ressentie de -29 degrés Celsius. C’est maintenant clair: j’emmerde l’hiver. Qui, en ce moment, ne rêve pas d’un verre sur une terrasse de la métropole?

Et bien, je prends la direction du soleil. Je monterai ce dimanche à bord du Carnival Conquest pour une croisière d’une semaine dans les Caraïbes de l’est: Bahamas, Îles Vierges américaines, Îles turques et caïques ainsi que Puerto Rico. Ce voyage a beau être prévu depuis près d’un an, inutile de dire qu’il tombe à point avec ce froid qui ne nous lâche pas depuis décembre.

Après avoir fait une croisière père-fils en 2010 sur le Carnival Miracle (Panama, Costa Rica et Belize), nous avons décidé de répéter l’expérience cette année.

Comme le service Internet est souvent très dispendieux à bord des navires, je vous préparerai quelques textes et photos que je publierai lors de mon retour. Je compte bien déboulonner ce mythe que les croisières font un peu « matante » et qu’on y côtoie que des personnes d’un certain âge.

Armé de mon maillot, de mes lunettes soleil et de quelques livres, je suis prêt! On se retrouve dans une semaine…