Archives du mot-clé tourisme

7 choses que vous ignorez au sujet de Prague

Alors que notre séjour à Prague se termine dans quelques heures, j’ai pensé vous faire un résumé de quelques faits, parfois amusants, parfois insolites, au sujet de la capitale de la République tchèque. Alors voici ce que vous ignorez sans doute au sujet de Prague.

1. La capitale de la République tchèque accueille chaque année 9 millions de touristes alors que le pays lui-même compte un peu plus de 10 millions d’habitants. L’achalandage est si important en été qu’il faut parfois plus de 30 minutes pour franchir le pont Charles qui, rappelons-le, est réservé aux piétons. Normalement, cinq minutes suffisent. Cette masse de touristes a aussi pour effet de faire augmenter le coût de la vie à Prague. En effet, pour les touristes, les coûts sont plus que raisonnables, mais pour les Tchèques, la vie est inabordable. Ailleurs au pays, on peut semble-t-il avoir un repas complet pour une centaine de couronnes (5$ CAD), ce qui est loin d’être le cas à Prague.

2. L’hôtel le moins cher de la ville coûte 20 couronnes (1$ CAD) la nuit, incluant l’hébergement, une douche et un repas. Il s’agit du Hermès, un bateau qui sert de refuge pour les itinérants au cours de l’hiver.


On peut offrir un prix aussi bas parce que le bateau est accosté sur la Vltava qui n’est officiellement pas sur le territoire de Prague, donc exempt de taxes. En effet, la rivière qui traverse la ville fonctionne un peu sur le même principe que la notion d’eaux internationales.

3. Si vous visitez Prague, vous apercevrez un immense « bâton » rouge qui se balance sur une colline sur la rive ouest de la Vltava. Je l’ai remarqué dès le premier jour et je me demandais bien ce que cela était. Il s’agit d’un métronome. En 1958 (pendant l’ère soviétique), c’est plutôt une immense statue de Staline qui trônait à cet endroit, mais le monument était tellement lourd qu’il a provoqué un affaissement de la colline. Staline a donc été déboulonné quatre ans plus tard, en 1962, et a par la suite été remplacé par une statue de… Michael Jackson; signe de rêve et d’ouverture pour les pays occidentaux. On a finalement enlevé le monument en hommage au chanteur et installé un métronome, symbole du changement, du temps qui passe.

4. À Prague, l’université est gratuite pour tous… à condition d’étudier en tchèque. Ici, éducation et soins de santé sont gratuits, mais les citoyens en payent le prix. Notre guide sur le bateau, plus tôt cette semaine, nous expliquait qu’il est imposé à hauteur de 60%. Donc, si l’envie vous prend d’étudier pour devenir ou avocat ou médecin sans payer un dollar, envolez-vous pour Prague, mais assurez-vous de d’abord parfaire votre tchèque.
5. Si vous passez en bateau sous le pont Charles, vous remarquerez peut-être que certaines pierres près de l’eau sont gravées de lettres. C’est qu’à l’époque de la construction, les ouvriers étaient payés en fonction du nombre de pierres posées. Ils devaient donc les signer pour assurer le juste compte. La plupart des pierres ont été remplacées au fil du temps, mais certaines portent encore les marques de l’époque.

6. Alors que notre croisière s’achève, notre guide nous montre un immeuble sur la droite et nous demande si ce dernier nous dit quelque chose. L’Amoureuse et moi nous regardons… « Non. » On nous explique ensuite qu’un bâtiment identique à celui-ci a résisté à l’explosion de la bombe atomique d’Hiroshima en 1945. En effet, l’architecte tchèque a dessiné trois projets d’importance au cours de sa carrière: la gare de Prague, cet édifice qui sert au gouvernement tchèque et une copie de ce dernier au Japon, le dôme de Genbaku.


Lors du largage de la bombe, il a été le seul bâtiment à ne pas être détruit aussi près du site de l’explosion. Par la suite, plutôt que d’être démoli, l’immeuble a été conservé dans cet état en guise de souvenir de ce qui s’est passé et fait aujourd’hui office de Mémorial de la paix.

7. Finalement, un conseil pour les foodies. Il y en a en vente absolument partout en ville, mais sachez que le meilleur chimney est chez Good Food Bakery, à quelques pas à peine du pont Charles, du côté de la vieille ville. Inutile de chercher ailleurs!


Voici ce qui conclu ce voyage dont j’aurai une fois de plus d’impérissables souvenirs. Cette nouvelle aventure autour du monde aura été riche en histoire et en découvertes et je me sens choyé de l’avoir vécue. J’ai été ébloui par la nature (montagnes Tatras, Karlovy Vary), ému par l’histoire (usine d’Oskar Schindler, Auschwitz), simplement charmé par la beauté du monde; tout cela auprès de celle que j’aime.

Les visites n’ont pas été chaque jour joyeuses, mais elles auront sans doute contribué à me rendre encore plus sensible à certaines problématiques et, d’une certaine façon, à me changer.

À ceux qui m’ont accompagné par le biais de ce blogue et des médias sociaux, merci beaucoup. Écrire fait partie de mes passions, c’est vrai, mais je suis heureux quand les gens ont autant de plaisir à lire que j’en ai à écrire. Je vous dis donc à la prochaine. C’est la fin d’un chapitre, mais certainement pas celle du livre de mes aventures.

Montréal et ses «food trucks»

Si vous passez par Montréal pendant l’été et que vous avez un petit côté foodie, vous ne devez absolument pas manquer les camions de nourriture de rue, communément appelés food trucks, qui arpentent les rues de la métropole.

Mieux encore, chaque premier vendredi du mois de mai à octobre, des dizaines de ces camions se réunissent sur l’esplanade du parc olympique pour vous faire déguster leurs délicieux plats. C’est sans doute LE rassemblement à ne pas manquer et qui est devenu, depuis déjà quelques années, ma sortie estivale favorite à Montréal. Ne me cherchez pas le premier vendredi de chaque mois, c’est clair que je suis en train de célébrer l’été et de me bourrer la face dans l’ombre de la grande tour.

Ce qu’il y a de plus beau, c’est que les mets qui y sont proposés sont de qualité (oubliez les camions à hot-dog et les chariots à bretzel de New York) et diversifiés. C’est entre autres votre chance de goûter une impressionnante variété de poutines allant de celle au foie gras à celle au bacon en passant par celle aux côtes levées ou encore celle au whisky. Non, une seule visite ne suffira certainement pas.

img_9561
La poutine au bacon du Bacon Truck

Parmi mes coups de coeur, la poutine chorizo et bacon du Roux Food Truck qui est délicieuse et dont la portion est fort généreuse. On craque aussi pour Pizzéria No 900 qui prépare votre pizza sous vos yeux avant de la faire cuire en quelques secondes dans son immense four directement dans son camion. Original et bon au goût!

Il y a de tout, pour tous les goûts, et ça se déroule toujours dans une atmosphère festive digne des plus belles soirées de l’été. Ce n’est pas pour rien que l’événement attire chaque fois des milliers de personnes.

Les premiers vendredis:

  • de mai à octobre, de 16h à 23h, sur l’esplanade du parc olympique (métro Pie-IX, ligne verte)
  • entrée sur le site gratuite

Quoi faire au Québec?

Depuis la création de mon blogue, il y a bientôt trois ans, je vous ai raconté mes aventures de voyages en Asie, en Europe, dans les Caraïbes… Après ces milliers de kilomètres parcourus autour du globe, j’ai décidé d’ajouter la section «Québec – Canada» à Hugo autour du monde.

Comme le blogue est lu aussi bien ici qu’ailleurs à travers le monde, je me suis dit que cela pourrait être intéressant et, qui sait, vous découvrirez peut-être même des choses près de chez vous que vous n’avez jamais essayées. Je l’avoue moi-même: je suis allé à l’autre bout du monde, mais j’ai très peu visité mon Québec et mon Canada.

Attendez-vous donc à y trouver des articles sur des sorties, des festivals, des événements spéciaux et de petites escapades au Québec ou ailleurs. Parce que parcourir le Québec, c’est aussi voyager…