Archives du mot-clé Carnival Conquest

Du monde dévoué

Il y a tout d’abord Gede, de l’Indonésie, valeureux steward. Travaillant chaque jour de 8h à environ 22h, il veille au confort et à la propreté de votre cabine. Le matin, il fait votre lit, nettoie, remplace les serviettes. Le soir, il passe défaire votre lit pour la nuit, allume les lampes de chevet, dépose le programme du lendemain et deux petits chocolats sur le lit, installe un animal fabriqué de serviettes (comme ce singe suspendu à la pôle à rideau)… Mais par dessus tout, Gede se fait un plaisir de vous saluer par votre prénom et de vous demander comment se passe votre journée chaque fois que vous le croisez. En souriant. Toujours. 20140309-000209.jpg Il y a aussi Dewi, également de l’Indonésie, qui, chaque soir derrière son bureau à l’entrée de la salle à manger, vous accueille avec son large sourire et se fait un plaisir de vous faire la conversation avec ses quelques notions de français. Ensuite, il y a Renetta, de la Hongrie. Hôtesse à la salle à manger, elle vient chaque soir vous voir à votre table pour demander comment vous allez, comment a été votre journée. Elle aussi, toujours un sourire radieux affiché sur le visage. Puis il y a tous les autres: Olga (Russie), Nathalia (Ukraine), Craig (Grande-Bretagne)… Ces gens qui viennent de partout et qui font vraiment tout en leur pouvoir pour que vous soyez satisfaits, heureux… Des gens merveilleux qui adorent leur travail. Et ils doivent l’adorer. Parce qu’ici, le travail est sans relâche. Sept mois sans arrêt avant de pouvoir prendre deux mois de repos. C’est ce que nous a expliqué Noel, serveur à la salle à manger qui travaille pour Carnival depuis 15 ans. Les employés dorment sur les ponts inférieurs, en cabine double, mais il y a aussi des cabines pour ceux qui forment un couple. Ce que je trouve merveilleux, c’est que tous ces employés ne sont pas obligés de se dépasser dans le but d’obtenir un pourboire. En croisière, le montant des pourboires est préétabli et porté à votre carte de crédit, point. Que ces gens offrent ou un bon service ou un excellent service, le pourboire sera le même. Malgré tout, ils donnent toujours un service hors de l’ordinaire, irréprochable. Et s’il y a une faille, ils la corrigeront immédiatement. Voilà une bien belle semaine qui se terminera dans quelques heures. Soleil, endroits merveilleux, nourriture divine. À ceux qui n’ont jamais pensé faire une croisière et à ceux qui la redoutent pour certaines raisons, j’espère vous avoir donné le goût. En terminant, je vous offre ce dernier coucher de soleil alors que nous voguons vers Miami. 20140309-000300.jpg Une fois de plus, le livre se referme avant que nous en ouvrions un nouveau, Dieu seul sait lequel. Mes plans ne sont pas encore arrêtés, mais chose certaine, ça ne tardera pas. À bientôt!

Les îles quoi??!!

C’est une destination de rêve pour plusieurs: les Îles turques et caïques, dans la mer des Caraïbes. Ça ne vous dit rien? Tout à fait normal. On entend régulièrement ou l’appellation anglophone Turks and Caicos ou tout simplement le surnom « îles turquoises » pour désigner l’endroit.

20140308-013407.jpg

C’est là que nous nous sommes arrêtés pour la dernière escale de notre croisière; plus précisément sur l’île de Grand Turk dont nous avons fait le tour en VTT dans le cadre d’une excursion organisée.

20140308-013808.jpg

Deux heures, donc, à se promener pour découvrir les principaux attraits de l’île ainsi que les paysages. La beauté de l’endroit se résume surtout à la mer qui est en effet d’une très belle couleur… turquoise, comme vous vous en doutez! Sinon, l’île est plutôt désertique en matière de végétation. Cactus, quelques arbres, des palmiers…

20140308-013516.jpg

Ce qui surprend, c’est entre autres les animaux. On voit plusieurs chevaux sauvages et ânes qui se promènent librement ici et là en bordure de la route et même près de la plage.

20140308-013928.jpg

Côté habitations, on trouve quelques belles maisons, mais surtout de très vieux bâtiments, dont les installations d’une ancienne base militaire américaine.

On a eu beaucoup de plaisir lors de notre tour de VTT et je peux vous dire que mes techniques de conduite du Québec m’ont servi. Quand je vais dans le Nord, l’hiver, et qu’on part faire un tour de quatre roues, on s’enlise parfois dans la neige. Et bien ici on s’enlise… dans le sable sur la plage!!! Même problème! D’ailleurs, pour la première fois de ma vie, j’ai conduit à gauche sur une route.

Au retour, on a profité un peu de la plage. Point positif: la plage est directement dans le port (donc à cinq minutes du bateau) et accessible à tous. Chaises fournies et tout. On aime. Surtout quand le mercure est en haut de 32 degrés Celsius comme aujourd’hui! 😉

20140308-014050.jpg

Je termine avec deux faits « amusants »:

– lors de notre visite aux Îles Vierges américaines, on a constaté que le volant des voitures est à gauche, mais que les gens conduisent… à gauche (???!!!)

– ici, on avance l’heure cette nuit au lieu de la nuit de samedi à dimanche. On ne pose pas de question!

Seul au monde

Le paisible bruit des vagues, un quartier de Lune et des milliers d’étoiles éclairant le ciel. C’est le décor auquel j’ai droit alors que je me suis installé sur le balcon de notre cabine pour vous écrire ce soir.

C’est à la fois apaisant et inspirant. On se sent si seul, si loin de tout. Loin du chaos de la ville, loin de la pollution visuelle, sonore et atmosphérique… Il n’y a que notre bateau qui poursuit son chemin dans la mer des Caraïbes dans la noirceur totale. Autant c’est la fête un peu partout sur le bateau actuellement, autant on se sent loin de tout ça une fois sur le balcon.

C’est la fin d’une longue journée, ici, puisque nous étions debout à 6h45 ce matin pour découvrir une minuscule partie de Puerto Rico, une fois de plus un territoire américain. Comme excursion, nous avions choisi une sortie à la plage de Isla Verde, à une quinzaine de minutes du port de San Juan.

20140307-000511.jpg

Le soleil s’est fait plutôt timide, mais on a bien profité du moment pour relaxer sur le sable de cette plage peu fréquentée.

20140307-000621.jpg

Sinon, j’ai adoré la vue qu’on avait de San Juan à partir de notre bateau accosté au port. Architecture qui m’a paru un peu espagnole, de belles couleurs vives… Les fortifications donnent aussi tout un cachet à l’endroit.

20140307-000718.jpg

De retour à bord, le soleil s’est finalement pointé et on a pu profiter du bon temps sur le pont supérieur (le 11ème) alors que j’en ai profité pour poursuivre ma lecture des aventures de Bruno Blanchet. Ce ne sont pas les idées de voyages qui manquent!

Il reste maintenant deux jours à ce voyage: dernier arrêt demain et journée en mer samedi. On profite au maximum, mais ça fait un pincement au cœur de savoir que ça achève parce qu’une croisière, c’est tellement parfait.