Archives du mot-clé téléférique

Descente en traîneau d’osier à Madère

Ce soir, je prends quelques instants pour me vanter parce que c’est clairement moi qui a fait l’activité la plus « cool » et originale pour mon anniversaire aujourd’hui: une descente en traîneau d’osier sur une montagne de Madère. Je vous mets au défi d’essayer de battre ça!

L’origine des traîneaux d’osier remonte au 19e siècle, ici, alors que les citoyens du secteur de Monte, juché en haut de la montagne, les ont utilisés comme premier moyen de transport public pour descendre vers Funchal. Aujourd’hui, la tradition se poursuit, mais exclusivement pour les touristes qui veulent vivre l’expérience.

L’Amoureuse et moi avons donc pris le téléférique à Funchal qui nous a menés là-haut dans les nuages, à Monte. En montant, la vue de la ville, plus bas, avec l’océan et les bateaux de croisière accostés au port était magnifique.

Une fois rendus, le changement de température est draconien: en quelques minutes, on vient de passer d’environ 25 degrés à 15 degrés et l’humidité est au rendez-vous.

Quelques dizaines de personnes font la file pour s’élancer en traîneau du haut de la montagne, mais on n’a finalement pas à attendre très longtemps avant de prendre place dans le bolide guidé par deux conducteurs qui nous mènera deux kilomètres plus bas.

Il faut le dire, c’est une experience un peu surréaliste. Ça a d’abord l’air d’une descente en bobsleigh: les deux conducteurs poussent le traîneau dans la côte pour lui donner un air d’aller, puis sautent ensuite sur le rebord. Comme il n’y a ni volant ni frein, les deux hommes contrôlent le traîneau avec des cordes et… leurs pieds. En cours de route, on atteint quand même une vitesse appréciable alors que le traîneau avance souvent légèrement (ou beaucoup) de côté; tout ça dans une rue aussi empruntée par les voitures. Ça donne de petites émotions fortes!

Je vous invite à voir notre descente en video sur la page Facebook Hugo autour du monde.

Par chance, l’asphalte de cette rue est impeccable. Comme je le faisais remarquer à l’amoureuse, c’est sans doute la rue la mieux entretenue de la ville.

L’activité est assurément très touristique, mais, soyons honnêtes, c’est une experience pour le moins unique. Elle vaut donc le détour!

Nous avons profité de notre passage dans le secteur de Monte pour faire une visite du jardin tropical. L’espace de 1h30, nous nous sommes vraiment sentis ailleurs alors que nous avons marché parmi des dizaines d’espèces différentes d’arbres et de plantes.

Le décor est aussi enchanteur avec ses fontaines et son lac central dans lequel baignent poissons et un cygne blanc. Idéal pour décrocher le temps de quelques heures.

La célébration de mon anniversaire s’est poursuivie en soirée avec une bonne bouteille de « vinho verde » (vin portugais légèrement pétillant au goût fruité), un souper dans un excellent restaurant de grillades sur charbon et un morceau de gâteau dans une petite pâtisserie où la serveuse a inscrit HB (pour « Happy Birthday ») en coulis de chocolat dans mon assiette.

Quelle magnifique journée! Mais le plus beau, c’est d’avoir fait tout ça avec celle que j’aime!

Traîneau d’osier:

  • Site Internet de Carreiros do Monte
  • 25€ pour un passager, 30€ pour deux et 45€ pour trois
  • Durée de l’expérience: 6 à 7 minutes

Jardin tropical:

  • 12,50€ par adulte
  • Prévoir entre 1h et 2h30 de visite, tout dépendant du circuit choisi.

Téléférique de Funchal:

  • 11€ pour un aller-simple; 16€ aller/retour

Moment surréel sur le toit de l’Espagne

Une fois de plus, j’ai réglé le réveil à 7h15 ce matin avant d’aller déjeuner puis d’appeler le téléférique pour connaître l’état du service. Vous ne me croirez peut-être pas, mais il fonctionnait!!!

Tout comme hier, je suis monté à bord du guagua (autobus de ville) qui a entrepris sa montée en zigzag vers le Teide. J’ai une tête dure et j’ai fini par avoir ce que je voulais!

Arrivé sur place, j’ai eu de la chance, il n’y avait pas beaucoup de monde. À peine 45 minutes avant de monter dans l’une des deux cabines qui peuvent transporter une quarantaine de personnes à la fois.

  

Les gens s’entassent. J’entre finalement le dernier, ce qui me donne automatiquement droit à une place face aux fenêtres des portes. Merveilleux!

Et c’est parti! En quelques minutes à peine, le téléphérique vous amène 1200 mètres plus haut, soit à une altitude de 2356 à 3555 mètres; moins de 200 mètres sous le cratère. À cette hauteur, on est sur le toit de l’Espagne puisque le Teide est le point culminant non seulement de l’archipel des Canaries, mais aussi de l’Espagne. 

Dès que les portes s’ouvrent, on sent le froid s’inscruster. Un maigre 6 degrés qui contraste avec la température plus douce au pied de la montagne. Mais le paysage… Wow!!!

  

On se croirait presque sur la Lune! Ces formes, cette géographie avec des montagnes, des cratères… La neige ici et là qui fait contraster les couleurs. Les nuages qui rendent le paysage un peu flou, surréel. 

  

De ce point de vue, c’est un champ de lave qui s’offre à nous (la longue traînée noire à droite de l’image). C’est d’ailleurs une partie de cette coulée que j’ai été forcé de traverser en faisant le sentier Roques de Garcia, hier.

On aperçoit l’ancien sommet du Teide ainsi que la dernière coulée de lave du volcan qui est encore très noire. 

  

Puis, il y a le cratère. Si près, alors qu’il me semblait si loin, si haut, hier. Je n’ai malheureusement pas pu m’y rendre, car comme il s’agit d’un parc national, le nombre d’accès au cratère est quotidiennement calculé. Il faut réserver son laissez-passer longtemps d’avance, chose que je n’avais pas faite parce que l’accès était compris dans ma nuit au refuge qui a finalement été annulée.

D’ailleurs, j’ai bien compris pourquoi en me rendant au sommet; regardez cette photo…

  

Certains sentiers sont encore complètement enneigés après la bordée de lundi!

Les clients du téléférique ont droit à un maximum d’une heure au sommet, question d’assurer une bonne circulation. J’ai bien profité de ces 60 minutes à admirer chaque angle qui, je l’espère resteront gravées dans ma mémoire.

  

Alors que je regarde de mon balcon le soleil se coucher une dernière fois sur Playa de las Américas, l’heure est venu de faire mon sac pour une nouvelle destination, demain.

Montée en téléférique vers le Teide:

  • Coût: 26€ pour un aller-retour, mais des images comme ça, ça n’a pas de prix. 
  • Vous avez droit à un maximum d’une heure au sommet. 
  • Accessible en voiture et en autobus autant du Nord que du Sud de l’île.
  • Prévoir des vêtements chauds.