Archives pour la catégorie Californie 2014

Quand Dame Nature donne tout un show

C’est l’une des choses qui me plaît le plus en voyage: découvrir la nature en visitant entre autres les parcs nationaux. Chaque fois, j’en sors ébloui parce qu’on dirait que Dame Nature ne termine jamais de se donner en spectacle.

Ça a été vrai lors de ma visite au parc national des îles Similan en Thaïlande en novembre dernier et à celui de St. Thomas aux Îles Vierges américaines en mars. Chaque fois, je suis un peu plus charmé en me disant que la Terre a encore tant à me montrer. Et bien notre visite d’aujourd’hui ne fait pas exception.

Pour notre deuxième journée en Californie, nous avons mis le cap sur le parc national Yosemite (on prononce Yo-sé-mi-ti), situé à un peu plus de 3h30 à l’est de San Francisco. Loin, assurément, mais il vaut tellement le détour.

IMG_5332.JPG

Voyez le décor qui s’est offert à nous! Magnifique!!! Des montagnes de granit impressionnantes avec, au centre, une profonde vallée sculptée par un glacier.

Déjà, le parc se trouve à plus de 1000 mètres d’altitude (on a d’ailleurs droit à toute une route sinueuse à flanc de montagnes pour y parvenir), mais imaginez ses monstres de pierre dont certains culminent à plus de 3500 mètres. Lorsqu’on se trouve tout en bas, on se sent extrêmement petit et vulnérable face à la nature.

IMG_5334.JPG

Normalement, des chutes d’eau viennent compléter le tout, mais ce n’était pas le cas aujourd’hui. Tout d’abord parce que plusieurs sont particulièrement actives au printemps lors de la fonte des neiges, mais aussi parce que la Californie vit actuellement son pire épisode de sécheresse depuis fort longtemps.

D’ailleurs, on a pu visiter une partie du parc complètement asséchée alors que des affiches préviennent pourtant les visiteurs contre les inondations soudaines. En s’approchant de l’une des chutes, on a pu distinguer un mince filet d’eau s’écouler, mais impossible de le voir de loin. La preuve, on pouvait aisément marcher où passent normalement les torrents d’eau (photo ci-dessous)…

IMG_5340.JPG

Parlant de sécheresse, on a eu une sacrée chance, parce que la semaine dernière le parc était fermé en raison d’un incendie de forêt. Au cours des années, Yosemite a eu son lot d’incendies et les traces en sont plus que visibles.

En plusieurs endroits, les arbres sont noircis, des troncs jonchent le sol et une large bande a même été complément rasée. Triste à voir, mais ça aide la forêt à se régénérer.

IMG_5318.JPG

Malgré tout, le parc est superbe et partout où on regarde, on ne cesse d’être impressionné. Quatre yeux ne nous ont pas suffit pour tout voir et j’aurais volontiers pu/voulu y passer plus de temps.

Séquoias géants

L’autre point fort de la journée: la visite de la forêt de séquoias géants, toujours dans le parc national Yosemite.

On doit descendre un sentier de 1,6 kilomètre dans une forêt à l’air enchanté. Des arbres aux troncs gigantesques qui s’élèvent vers le ciel alors qu’on a parfois de la difficulté à en distinguer la cime qui ne semble jamais arriver.

IMG_5327.JPG

Encore là, Dame Nature a fait un sacré boulot et c’est génial que l’endroit soit protégé.

Après environ 25 minutes de marche du stationnement au bas du sentier, voici la surprise qui nous attendait: LE séquoia le plus impressionnant.

IMG_5325.JPG

Ne me demandez pas combien de mètres il fait de haut… Aucune idée, mais il est pratiquement impossible de le photographier dans toute sa hauteur.

La remontée n’a pas été de tout repos (1,6 kilomètre en pente), mais en repensant à ce qu’on venait de voir, on dirait que ça a été plus facile.

Vive la nature! Ce soir, je vais au lit avec de superbes images en tête parce que c’était réellement une journée comme je les adore.

Prochains parcs nationaux sur ma liste: Yellowstone aux États-Unis (un rêve depuis quelques années), puis l’Archipel-de-Mingan au Canada. D’ici là, on se lance à la découverte de San Francisco demain.

Un peu de vino?

L’espace d’un instant, je me suis amusé à m’imaginer dans un sketch de Marc Labrèche personnifiant Christian Bégin. Ne manquait que le scooter et le bracelet de cuir pour compléter le portrait. Un peu de vino?

Venir en Californie sans faire une tournée des vignobles, c’est manquer quelque chose d’essentiel… si bien qu’on a décidé de commencer notre voyage avec ça!

Tôt ce matin, nous sommes montés à bord d’un autocar pour une excursion à Sonoma Valley et Napa Valley, deux endroits reconnus pour leurs délicieux vins de diverses appellations.

20140806-015930-7170185.jpg

De San Francisco, on a traversé le célèbre Golden Gate Bridge puis on a mis une bonne heure de route au cours de laquelle le paysage a radicalement changé. On a troqué la ville et l’autoroute pour des champs de vignes à perte de vue. Impressionnant.

À 10h15, on était déjà en train de boire. Au total, nous avons fait trois arrêts dans autant de vignobles différents où nous avons pu goûter une douzaine de vins. C’était aussi le temps de faire de petites réserves à ramener au Canada.

20140806-020653-7613744.jpg

En plus de la dégustation, de vins blancs, rouges et rosés, on a pu visiter les installations de l’un des producteurs qui a pris le temps de nous expliquer le processus de fabrication. Il nous a notamment amenés dans la salle où reposent les dizaines de barils de vin attendant d’être embouteillés.

Intéressant, enrichissant et… bon au goût!!!

L’autre belle surprise, c’est la petite ville où nous nous sommes arrêtés pour dîner: Yountville.

20140806-022043-8443016.jpg

C’est petit et d’une beauté incroyable. Tout semble parfait. Un beau mélange d’immeubles ayant du cachet et d’autres à l’architecture moderne. Des œuvres d’art en pleine nature. Un aménagement paysager incroyable (de belles fleurs partout, des arbres, pas un brin de gazon qui dépasse). Ça donne le goût de s’y installer.

20140806-022623-8783393.jpg

Je suis impatient de découvrir San Francisco. J’ai hâte d’y marcher, d’y manger, d’y côtoyer les gens…

Quant à notre hôtel, il se trouve juste de l’autre côté de la baie, à Oakland, et on se pose certaines questions quant à la sécurité de la place.

Lorsque nous sommes arrivés, hier, le préposé du BART (une espèce de métro) nous a lancé un « be careful » lorsque nous lui avons demandé des indications sur le chemin à emprunter. Ce soir, nous avons aussi vu des agents de sécurité privé dans les rues autour. Malgré tout, on ne craint pas trop.

Demain, une autre belle activité de prévue à l’extérieur de la ville.

**********

Les vignobles que nous avons visités:

Nicholson Ranch
Madonna Estate
Sutter Home

Péripéties d’aéroports

Voyager dans les aéroports, ça peut parfois rapidement prendre les allures d’un sport extrême et nous l’avons bien vu aujourd’hui.

Alors que le plan initial prévoyait une correspondance de trois heures à Toronto (un « tampon » plus que respectable), on a plutôt participé à une course contre la montre pour attraper notre deuxième vol.

20140805-042857-16137952.jpg

Bien assis à notre siège dès 15h30, on nous a annoncé qu’on ne partirait pas à l’heure prévue (16h) en raison de violents orages à Toronto. Et le pilote ne pouvait même pas estimer d’heure de départ. Génial! Avion cloué au sol, donc. Ensuite, une forte odeur de plastique brûlé se fait sentir dans la cabine et on nous annonce qu’on doit couper la climatisation. Deux ingénieurs d’Air Canada montent à bord pour venir examiner le tout et je commence sérieusement à me demander si on partira ce soir avec cette combinaison de malchances…

Après avoir feuilleté une revue et visionner un film en entier (!!!), l’avion a finalement pris son envol vers 17h40 si bien que rendus à Toronto, il ne restait plus que 1h30 avant notre prochain vol. Quatre-vingt-dix minutes pour sortir de l’avion, changer d’aérogare, passer la douane américaine et passer de nouveau le contrôle de sécurité.

Je regardais frénétiquement ma montre. À l’heure où commençait l’embarquement de notre vol vers San Francisco, on attendait encore à la sécurité!

Dernière mission: trouver de quoi à se mettre sous la dent, maintenant qu’on ne peut plus compter sur les compagnies aériennes pour nous nourrir. On fait la file au Tim Hortons. C’est long et on dirait que quand tu es pressé, la fille à la caisse prend encore plus son temps. Et il y a le gars juste devant nous qui gosse pour une affaire de quelques cents sur sa facture!!!

Commande en main, on se met rapidement en marche vers la porte F32 alors que j’entends « passenger Bourgoin » et « final boarding call » dans la même phrase au micro. Calvaire! Dans ce temps-là, les chiffres de 57 à 32 ne descendent pas assez vite à notre goût, je peux vous le dire.

On a bel et bien attrapé notre avion. On est maintenant à notre hôtel et on souffle un peu. C’est demain que commence la vraie aventure.

The Golden State

Quelques mois se sont écoulés depuis mon dernier voyage et, par le fait même, le récit de mes aventures sur cette page. Le moment est donc venu de « reprendre du service ».

Cette fois, pas de gros dépaysement côté langue, nourriture, culture, mais j’aurai quand même la chance de rayer de ma liste un voyage que je souhaite faire depuis un moment.

20140803-224225-81745193.jpg

Cap sur la Californie, The Golden State! Et je profite de l’occasion pour initier l’Amoureuse au voyage sac à dos en espérant lui donner le goût de me suivre dans de futures folles aventures ailleurs sur le globe.

Ainsi, au cours des 12 prochains jours, nous visiterons San Francisco, San Diego et Los Angeles. Tant à voir en si peu de temps; les journées s’annoncent bien remplies de découvertes de toutes sortes.

Pourquoi cette destination? Un choix de couple, bien entendu, mais aussi un projet laissé en « stand-by » pour « un jour » qui finit par arriver (vient un temps où on doit arrêter de remettre les choses à plus tard). J’ai bien hâte de voir cette région du monde qui fait l’éloge de tant de personnes et que je n’ai jamais eu l’occasion de voir jusqu’à maintenant.

Le départ est dans moins de 24 heures. Bienvenue aux nouveaux lecteurs qui ont réservé leur place au cours des derniers jours. Cette page m’a manquée et je compte bien me reprendre en vous faisant voyager avec moi une fois de plus.