Archives du mot-clé Irlande du Nord

Les géants de la nature

Il y a tant de choses à découvrir en voyage, mais mon côté préféré reste toujours l’exploration de la nature, des paysages qui sortent de l’ordinaire et qui me font sentir loin de la maison. Et bien on a bien vu, aujourd’hui, que l’Irlande du Nord avait pas mal à offrir en la matière.

Nous avons pris part à une excursion qui nous a fait découvrir les plus beaux coins de la côte nord de l’Irlande. Un seul mot: époustouflant! Même sous un couvert de brouillard et de nuages, c’était coloré, d’une beauté exceptionnelle. Imaginez sous le soleil…

Giant’s Causeway

L’attrait principal, LA place, c’est Giant’s Causeway (La chaussée des géants): 40 000 colonnes de pierre parfaitement taillées s’avancent dans l’océan Atlantique, créant un décor totalement surréaliste.

  
Ici, on vous racontera que c’est une « gue-guerre » entre deux géants qui est à l’origine de la chose.

Si je résume, un géant écossais (Benandonner) traitait un géant irlandais (Finn McCool) de pouille mouillée. Pour en finir, McCool a invité Benandonner à se battre et a créé à l’aide de pierres une chaussée entre l’Écosse et l’Irlande du Nord pour leur permettre de se rejoindre. Une fois rendu en Écosse, McCool a vu Benandonner et est revenu à la course ici, jugeant son opposant trop imposant.
  

Le géant écossais a finalement traversé ici et la femme de McCool, voyant son mari paniqué, a décidé de déguiser ce dernier en bébé pour laisser imaginer à Benandonner ce dont pouvait avoir l’air le père d’un enfant si énorme. Et bien cela a fonctionné. Benandonner a pris ses jambes à son cou et, en retournant en Écosse, a pris la peine de démolir la chaussée derrière lui pour éviter que McCool puisse le retrouver; donnant comme résultat ce que nous voyons aujourd’hui.
  

Cela étant dit, vous voulez la « vraie » explication, maintenant? Et bien cette beauté a été créée par Dame nature, tout simplement. Les colonnes (dont certaines atteignent 12 mètres de hauteur) sont en fait de la lave durcie datant de dizaines de millions d’années. 

Le paysage est en perpétuel changement en raison du climat (le vent et l’eau) qui continue d’éroder les colonnes dont des vestiges sont aussi présents en Écosse. C’est un passage obligé si vous passez en Irlande du Nord et prévoyez un minimum de deux heures de visite. Personnellement, j’en aurais pris quatre.

Carrick-a-Rede

Autre arrêt intéressant: le pont suspendu en corde de Carrick-a-Rede. Bel endroit où vous pouvez marcher en haut de la falaise sur au moins un kilomètre avec plusieurs points de vue saisissants.

  

Si vous voulez traverser le pont, préparez-vous à mettre la main dans votre poche alors que vous devrez payer 5,90£ (12$ CAD). Nous n’avons pas payé et nous ne l’avons pas regretté. Le panorama en soi vaut le détour. 

Tout comme à Giant’s Causeway, le sentier est très bien balisé. 

  

Autres arrêts

L’excursion organisée par Paddywagon nous a aussi amené à deux autres endroits. 

Tout d’abord, Dark Edges. Il s’agit d’une superbe route (autrefois privée et devenue publique) bordée d’arbres plantés au XVIIIe siècle. La famille Stuart, qui habitait au bout du chemin, avait décidé de planter ces arbres pour impressionner ses invités. Encore aujourd’hui, le chemin attire les curieux si bien que Dark Edges est l’un des endroits les plus photographiés. L’allée a notamment servi de décor à la populaire série Games of Thrones

Dark Edges

Finalement, très bref arrêt (le temps de quelques photos seulement) au Dunluce Castle, dont une partie s’est effondrée dans l’océan au cours des années 1600. Plusieurs employés avaient alors perdu la vie et on dit qu’ils hanteraient aujourd’hui les ruines du château. 

Dunluce Castle

Bref, ça a été toute une journée et nous nous couchons ce soir avec la tête remplie de belles images qui nous en ont mis plein la vue, aujourd’hui. J’ai un gros faible pour l’Irlande du Nord!

Giant’s Causeway par Paddywagon:

  • Départ possible de Dublin et de Belfast
  • Excursion de 7 heures à partir de Belfast (près de 12 heures de Dublin)
  • 30€ (45$ CAD) pour l’excursion à partir de Belfast; incluant le billet d’entrée et un audioguide en français à Giant’s Causeway

Sur les traces du Titanic en Irlande du Nord

Je ne m’en cache pas, depuis que j’ai 11 ou 12 ans, j’ai toujours eu un intérêt, une fascination, pour l’histoire du Titanic. Allez savoir pourquoi, je me souviens être tombé sur un article, l’avoir lu et, par la suite, avoir passé des heures enfermé dans ma chambre à lire sur le sujet. Sur la construction, la tragédie, les passagers, l’enquête…

Lorsque Belfast a officiellement été inscrit à notre itinéraire de voyage, un incontournable s’est donc tout de suite ajouté à ma liste: visiter le Titanic Belfast.
  

Ouvert en 2012, il s’agit d’un musée situé sur le site où a eu lieu la construction du tristement célèbre navire de croisière un siècle auparavant.

Même si, je l’admets, j’étais convaincu à l’avance, je peux vous dire que la visite vaut le détour. L’expérience Titanic Belfast vous transporte le temps de quelques heures à travers neuf tableaux allant de la vie à Belfast au début du XXe siècle à la construction du Titanic, sa livraison, son naufrage, puis ce qu’il advient de son épave aujourd’hui. L’exposition est superbement montée: photos d’archives, vidéos, documents originaux et même des hologrammes!

   

La visite a aussi tout un volet multimédia très bien réussi qui ne se compare en rien à ce que j’ai pu voir dans le passé. À un certain moment, on vous propose ainsi de monter dans un chariot suspendu comme un téléphérique qui vous fait découvrir en quelques minutes la vie des travailleurs sur le chantier.

Alors qu’une narration est faite (et en français!), vous vous déplacez d’un atelier à l’autre, ressentant même la chaleur que devaient endurer les ouvriers affectés à chauffer le métal.

 

Reconstitution d’une cabine de première classe avec deux hologrammes
 
Par ailleurs, on a reconstitué une cabine de chacune des trois classes afin de bien illustrer la différence qu’il y avait autant dans le décor, le luxe, que dans les catégories de passagers.

La salle de bal du Titanic a aussi été reconstituée, mais vous n’y aurez pas accès; l’endroit étant réservé à des événements spéciaux. 

Symbolique

J’ai été beaucoup marqué par la symbolique entourant l’aménagement du Titanic Belfast. Le bâtiment, entre autres, a été construit pour qu’il fasse la même hauteur que le Titanic et, vu des airs, le musée prend une forme étoilée, en référence au propriétaire du paquebot, la White Star Line.

À l’extérieur, au sol, on a marqué le contour du Titanic à l’endroit où il a été construit, de même que son navire frère, l’Olympic. Les visiteurs peuvent ainsi se fermer les yeux et imaginer le géant des mers encore là, attendant son lancement. 

 

Le contour du Titanic tracé au sol
 
On a également tracé au sol l’itinéraire du Titanic de Belfast vers Southampton, puis vers New York. À un certain moment, la ligne se brise… Comme seule indication, des coordonnées géographiques (représentant le lieu du naufrage), puis la ligne continue fait place à de simples traits jusqu’à New York puisque le Titanic ne l’a jamais atteinte. Seuls ses canaux de sauvetage y sont arrivés. 

Visiter le Titanic Belfast, c’est autant instructif qu’émouvant. Impossible de ne pas penser à ces centaines de personnes qui se sont noyées dans les eaux glaciales ce soir d’avril 1912. 

Titanic Belfast:

  • Coût: 15,50 £ pour un adulte (environ 31$ CAD)
  • Durée: prévoir au moins de deux à trois heures 

De Dublin à Belfast

Six heures après avoir quitté Montréal mercredi soir, nous sommes finalement arrivés à Dublin tôt ce matin, accueillis par un magnifique paysage après avoir tourné en rond pendant une quinzaine de minutes au-dessus de l’eau en raison d’un surplus de trafic à l’aéroport. 

Arrivée à Dublin sur un vol direct d’Air Transat à partir de Montréal.

Les yeux encore collés après ma nuit constituée de trop brefs segments, voici ce qui m’attendait lors de l’approche finale. Avouez que ça réveille quand même bien. Des falaises, de l’eau, du vert partout… Il y avait même des vaches qui broutaient à quelques dizaines de mètres à peine de la piste. Ça fait changement!

Aussitôt arrivés, nous avons quitté l’Irlande pour… le Royaume-Uni! Nous commençons notre voyage à Belfast, en Irlande du Nord, que nous avons rejoint en deux heures d’autobus. Encore là, une route aux magnifiques paysages (du moins, durant les moments où j’ai été capable de garder mes yeux ouverts plus que trois ou quatre secondes).

Il y a quelques années à peine, ça aurait été risqué de venir ici avec le conflit qui y sévissait, mais maintenant c’est plus calme.

  

C’est sous un magnifique soleil et une température idéale d’automne (une quinzaine de degrés Celcius) que nous avons vécu notre première journée. Nous en avons d’ailleurs profité pour pique-niquer dans le superbe parc qui entoure l’hôtel de ville. 

Belfast est manifique. Il y a, ici, un beau mélange d’architecture en partie lié à l’histoire de la ville. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands ont bombardé Belfast et ont détruit environ la moitié de la ville en raison de son grand potentiel industriel.

De vieux immeubles côtoient donc des constructions visiblement plus récentes.

  
Les gens sont tous extrêmement gentils jusqu’à maintenant. Le défi, c’est plutôt d’arriver à tout comprendre avec leur accent « british », mais on trouve ça bien charmant.

Notre hôtel est très bien situé: assez central et peu dispendieux (quoique, en livres sterling, tout fini par coûter une fortune!).

On a une super activité prévue demain; espérant que la météo soit au rendez-vous.

Hôtel ETAP Belfast:

  • 42,5 £ / nuit (environ 85$ CAD), petit déjeuner en sus. 
  • À une dizaine de minutes à pied de la gare d’autobus. 

Autobus Dublin – Belfast:

  • 18 € (environ 26,70$ CAD)
  • 2 heures de route